mardi 9 août 2011

DVD: Repeaters, La princesse de Montpensier, Your Highness, Paul, Les petits mouchoirs, Mars Needs Moms, The Last Godfather


Encore beaucoup de choix dans les sorties de la semaine en dvd et en blu-ray, mais rien de véritablement essentiel. Cela n'empêche pas de découvrir quelques petits films intéressants.

Le meilleur exemple est Repeaters de Carl Bessai, un intriguant film canadien où trois jeunes adultes placés en centre de réhabilitation revivent sans cesse la même journée. À partir d'une prémisse éprouvée, le récit renouvelle le genre, notamment grâce à son discours sur le destin et le temps. L'interprétation et la réalisation sont de premier ordre.

Sans être le meilleur essai de Bertrand Tavernier, La Princesse de Montpensier se laisse regarder avec beaucoup plaisir. Derrière ses longueurs et son côté vieillot se cache une oeuvre étonnamment moderne sur l'émancipation d'une femme désirée de tous les hommes.

Le rire est très gras dans Your Highness de David Gordon Green, une satire de tous les films de magiciens et de chevaliers. Ce n'est pas pour tout le monde, mais au moins la production va au fond de sa farce grotesque au lieu de seulement demeurer en surface.

Ce qui n'est pas toujours le cas de Paul de Greg Mottola, une comédie trop souvent inoffensive sur la rencontre entre un extraterrestre et deux éternels adolescents. On y rit à quelques endroits, mais cet hommage aux films des années 1980 demeure un peu trop lisse.

Énorme succès populaire, Les petits mouchoirs de Guillaume Canet assiste à la rencontre d'amis qui sont réunis au chevet d'un des leurs. Malgré sa distribution d'enfer, cet effort interminable et larmoyant peuplé de personnages unidimensionnels et inintéressants irrite rapidement.

L'histoire se répète du côté de Mars Needs Moms de Simon Wells, une animation moralisatrice et primaire sur l'odyssée d'un garçon pour sauver sa mère. Les effets spéciaux captiveront peut-être les jeunes enfants, mais ils se lasseront très rapidement devant tant de scènes répétitives.

Un des derniers secrets du 7e art vient d'être mis à jour. Pourquoi ne voit-on pas plus Harvey Keitel à l'écran? Parce qu'il s'amuse à jouer dans des navets incommensurables comme The Last Godfather de Shim Hyeung-rae, une daube d'une rare médiocrité sur les frasques enfantines du fils adopté d'un mafioso. Et dire qu'à l'époque, Keitel était considéré comme un grand acteur...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire