mercredi 31 octobre 2012

Film du jour: The Innocents

Pour l'Halloween aujourd'hui, on vous offre The Innocents, ce magnifique film horrifique de Jack Clayton où il est question de fantômes et d'enfants possédés, d'un manoir lugubre et du passé qui revient hanter une gouvernante. Une oeuvre magnifique à bien des égards, avec son noir et blanc à couper le souffle, sa partition musicale qui donne des frissons, ses thèmes mélancoliques et la prestation impressionnante de ses comédiens. Un classique trop peu connu qui mérite d'être vu encore et encore. ****1/2

mardi 30 octobre 2012

DVD : Ruby Sparks, Safety Not Guaranteed, La mer à boire, Rec 3, Cloclo,

Les films sympathiques sont nombreux cette semaine en format DVD et Blu-ray. L'idéal pour oublier les dérèglements de Mère Nature.

Le plus mignon du lot est certainement Ruby Sparks de Jonathan Dayton et Valerie Faris. Comme leur précédent Little Miss Sunshine, le tandem analyse les rouages des relations entre les individus à l'aide d'un écrivain et le personnage de son nouveau roman. Du bonbon qui fait beaucoup de bien. ****

Presque aussi charmant est Safety Not Guaranteed de Colin Trevorrow, un petit film américain fauché mais extrêmement agréable sur une équipe de journalistes qui enquêtent sur un homme qui serait capable de voyager dans le temps. Une oeuvre douce, drôle et romantique tout à la fois. ***1/2

Le réalisateur des Liens du sang (Jacques Maillot) fait équipe avec Daniel Auteuil pour La mer à boire, un drame économique bien de son temps sur un patron qui se voit obligé de licencier ses employés pour sauver sa compagnie. Un portrait sincère mais un brin superficiel des tristes rouages de la société. ***

Après deux très bons épisodes, REC 3 de Paco Plaza brise la formule en revenant au film de zombies traditionnels. C'est peut-être jouissif et parsemé d'hémoglobine, mais l'originalité n'est vraiment plus au rendez-vous. **1/2

Jérémie Renier est un excellent acteur et tout le monde aime Claude François. Cela ne fait pas de Cloco un biopic intéressant. Beaucoup trop lourd, long et conventionnel, cet effort de Florent-Emilio Siri verse allègrement dans l'anecdote et c'est bien dommage. **

Film du jour: Requiem

Au rayon des meilleurs films d'exorcisme, il est dommage que le Requiem de Hans-Christian Schmid ne soit jamais mentionné. Pourtant, ce long métrage allemand traite cette douloureuse thématique dans le détail, à l'aide d'une adolescente qui ne sait pas comment briser le cordon de sa famille extrêmement protectrice et envahissante. Une oeuvre lente, austère mais magnifique, qui captive et pas seulement pour des questions surnaturelles. ***1/2

lundi 29 octobre 2012

Film du jour: The Reflecting Skin

Quelque part entre les univers de Lynch et de Gilliam se trouve The Reflecting Skin, un «vieux» film de 1990 de Philip Ridley sur l'enfance malheureuse d'un petit garçon qui croit dur comme fer que sa voisine est un vampire et qu'elle est responsable des calamités qui touchent sa famille. Poétique, lyrique et brutal, ce récit fascinant et foisonnant d'une grande beauté picturale happe de spectateur qui voit ses convictions secouées longtemps avant la fin. L'interprétation y est irréprochable et c'est le genre de titre à sortir devant les amis, seulement pour faire preuve d'originalité. **** 

dimanche 28 octobre 2012

À perdre la raison, Cloud Atlas, Fun Size, V/H/S

Quelques oeuvres singulières prennent l'affiche cette semaine au cinéma, dont un titre qui a de bonnes chances de se classer dans notre top 10 de fin d'année.

Le long métrage en question est l'excellent À perdre la raison de Joachim Lafosse, cette formidable plongée dans la psyché d'une mère de famille. Un opus poignant et bouleversant, avec la toujours extraordinaire Émilie Dequenne. ****

Très attendue saga des Wachowski et de Tom Tykwer, Cloud Atlas est un grand film malade, aussi grandiloquent que fascinant, lassant et déroutant, sur six histoires qui se déroulent à des moments différents de l'histoire. Un grand jouet divertissant et visuellement splendide. ***

Sorte de Labyrinthe pour la génération Superbad, Fun Size de Josh Schwartz est une production assez rudimentaire sur une adolescente qui doit absolument retrouver son jeune frère. C'est long, laborieux, pas très bien réalisé et encore moins bien joué. Surtout, on n'y prend qu'un plaisir très relatif. **

Quoi, le concept de la cassette oubliée fait encore l'objet d'un drame horrifique? Eh oui! L'effort en question s'appelle V/H/S et cela ressemble à un effort trash extrêmement prétentieux qui cherche à rendre hommage au genre en se perdant en chemin. Du style, ça ne s'invente pas. *1/2

Film du jour: The Eye

On se prépare pour l'Halloween avec quelques films d'horreur! Aujourd'hui, il s'agit du long métrage The Eye, la version originale asiatique qui a inspiré un remake américain sans conséquence. Reprenant à son compte l'essence de l'oublié Blink avec Madeleine Stowe où l'usage à nouveau de la vue amènera son lot de visions cauchemardesques à sa pauvre héroïne, l'essai captive et fait sursauter allègrement. On sent toutefois que les frères Pang se forcent un peu trop pour créer quelque chose de populaire et d'universel, sabrant sur leurs spécificités locales, ce qui ne peut que dénaturer l'impact de leur création. De quoi vouloir s'y attarder mais pas nécessairement y revenir plus d'une fois. ***

samedi 27 octobre 2012

Film du jour: L'homme qui voulait savoir (The Vanishing)

Au Panthéon des suspenses angoissants, L'homme qui voulait savoir de George Sluizer n'arrive pas tellement loin de la plus haute marche. Tout dans ce thriller glace le sang. Autant le désarroi du héros qui cherche sa femme disparue pendant plusieurs années que la routine déstabilisante du méchant sociopathe. Dans ce rôle ingrat mais extrêmement fascinant, Bernard-Pierre Donnadieu livre une performance tout simplement exceptionnelle. Grâce à son jeu viscéral et la mise en scène aussi précise qu'un couteau chirurgical, le film hante et déroute tout à la fois. ****

vendredi 26 octobre 2012

Film du jour: Le feu follet

Oeuvre la plus intimiste et personnelle du grand cinéaste Louis Malle, Le feu follet est un magnifique drame psychologique qui laisse béat par la précision de ses thèmes et de sa mélancolie. Pendant une journée, un homme déambule dans la ville, à la recherche d'amis qui peuvent le sauver d'un suicide probable. Une errance qui couple le souffle et qui émeut au plus profond de l'âme. Surtout que la mise en scène au plus près permet de bien partager les démons avec l’antihéros, qui est magistralement interprété par Maurice Ronet. ****1/2

jeudi 25 octobre 2012

Film du jour: End of the Road

Il y a des films oubliés que l'on doit absolument redécouvrir. Un excellent exemple de ça est End of the Road d'Aram Avakian, un long métrage réalisé en 1970 qui retransmet mieux qu'aucune autre production le marasme américain de cette époque. Avec ses images démentielles et son montage éblouissant, cet effort frappe l'imaginaire collectif. Il s'échappe malgré tout du simple exercice de style grâce aux soins apportés aux personnages et à la quantité incroyable de thèmes abordés. Une grandes fresque malade qui ne s'oubliera pas de sitôt. ****

mercredi 24 octobre 2012

Les meilleurs films adaptés de jeux vidéo

Pour la sortie du second tome de Silent Hill au cinéma, j'ai pondu un palmarès des cinq meilleurs films adaptés de jeux vidéo. La tâche n'a pas été évidente, parce que les candidats de choix sont rares, voir pratiquement inexistants.

Mes sélections se trouvent sur le site de Cineplex.

Film du jour: The Purple Rose of Cairo

Quel est le meilleur film de Woody Allen? Habituellement, Annie Hall et Manhattan sont cités. Pourtant, il ne faudrait pas négliger The Purple Rose of Cairo, cette formidable fable où la vie et le cinéma ne forment qu'un. Rarement un Allen aura été aussi original et romantique que celui-ci dans sa façon de rappeler que l'amour et le septième art sont compatibles. En fait, tout y est sublime. Autant la mise en scène que le jeu des comédiens, les répliques mordantes et les nombreux thèmes sous-jacent. Même les détracteurs du cinéaste risque d'y trouver leur compte, ce qui en dit long sur la grande qualité de cet opus. ***** 

mardi 23 octobre 2012

DVD : Over My Dead Body, Magic Mike, Le cochon de Gaza, Abraham Lincoln – Vampire Hunter

On aime les mardis, qui est la journée par excellence pour les sorties DVD et Blu-ray!

Aujourd'hui, il faut absolument mettre la main sur Over My Dead Body de Brigitte Poupart, un documentaire exceptionnel sur la maladie du danseur Dave St-Pierre. Une oeuvre aussi brillante que terrifiante. ****

Par la suite, on peut (re)découvrir Magic Mike, le nouveau divertissement branché de Steven Soderbergh sur des hommes qui gagnent leur pain en dansant nu. Léger, efficace et assez rigolo, voilà une entrée qui est loin d'être négligeable. ***1/2

Sorte de Chaplin se déroulant pendant le conflit palestinien, Le cochon de Gaza de Sylvain Estibal est une réflexion humoristique sur les absurdités de la guerre. On évite le doublage francophone et on se délecte de la version originale. ***1/2

Malgré un concept qui aurait pu faire une brillante série B, Abraham Lincoln - Vampire Hunter de Timur Bekmambetov ne va pas au bout de ses modestes ambitions. Il n'en demeure pas moins un grand spectacle kitch qui fait beaucoup sourire. **1/2

Film du jour: Sunday Bloody Sunday

Disponible dès aujourd'hui dans une nouvelle édition Criterion, Sunday Bloody Sunday de John Schlesinger est un des meilleurs films des années 1970. Une oeuvre poignante et sincère sur le désir, la nécessité d'aimer et d'être aimé. Un récit psychologique d'une rare puissance d'évocation, qui est secondé par d'excellents comédiens et une réalisation extrêmement maîtrisé. La bande-annonce et le synopsis ne cassent rien, mais le long métrage est tout simplement éblouissant. ****1/2

lundi 22 octobre 2012

Film du jour: Peggy Sue Got Married

Vous avez aimé Camille redouble, le film de clôture du Festival du nouveau cinéma? Pourtant, il s'agissait de la même histoire que Peggy Sue Got Married, une comédie que le grand Francis Ford Coppola a réalisé en en 1986. Agréable mais un peu futile, cette aventure sympathique et spirituelle sur une femme qui a la chance de revivre l'année de ses 16 ans pour changer le cours de son existence se regarde drôlement bien les soirs de pluie. Sa mise en scène est assurée et son interprétation assez vigoureuse. De quoi oublier ses morales conservatrices et, surtout, penser que c'était pratiquement le début de la fin de ce cinéaste mythique du septième art américain. ***

dimanche 21 octobre 2012

Stories We Tell, Vous n'avez encore rien vu, Arbitrage, Le jour des corneilles, L'oeil de l'astronome, Paranormal Activity 4, Le magasin des suicides

Il y a quelques beaux films et des déceptions cette semaine au niveau des nouveautés dans les salles.

Actrice émérite, Sarah Polley est sur le point de devenir une très grande réalisatrice. Et elle surprend énormément avec Stories We Tell, un documentaire sur sa famille qui est ponctué de mensonges, de vérités et d'un regard caustique sur le septième art. Du bonbon. ****

Tout autant que Vous n'avez encore rien vu d'Alain Resnais, un essai singulier sur le théâtre, le cinéma et le métier de comédien. Dans la veine du son célèbre Smoking/Non Smoking, mais un tantinet moins ludique et mémorable. ****

Très beau premier film, Arbitrage de Nicholas Jarecki est une variation sur le Wall Street d'Oliver Stone, avec cette fois Richard Gere dans le rôle principal. Oui, les personnages peuvent manquer de finition, mais ce qu'ils vivent captivent allègrement. ***1/2

Difficile à dire si Le jour des corneilles de Jean-Christophe Dessaint s'adresse davantage aux enfants ou aux parents avec son rythme un peu laborieux et ses thèmes matures. Au moins, les dessins sont de grande qualité. ***

À la fois fascinant et extrêmement didactique, L'oeil de l'astronome de Stan Neumann est un essai sur l'obscurantisme et l'appel des lumières, sur la notion de voir vraiment et sur la nécessité de s'ouvrir aux forces qui nous entourent. ***

Henry Joost et Ariel Schulman avaient fait du très beau travail sur le précédent volet, sauf que Paranormal Activity 4 commence à sentir la formule, ne proposant aucune réelle tension ou même de l'humour salvateur. Il y a divers clins d'oeil et des bonnes idées, mais rien de très tangible. **1/2

C'est tout de même mieux que l'ennuyant Le magasin des suicides, où Patrice Leconte est incapable de traiter avec sérieux des thèmes morbides et intéressants. Au lieu de ça, il ne fait que copier le style de Tim Burton. En voilà un qui est en chute libre. **

Film du jour: The Land of Hope


Présenté aujourd'hui à 17h30 au Cinéma Impérial dans le cadre du Festival du nouveau cinéma, The Land of Hope ne ressemble à rien à ce que le cinéaste Sion Sono a l'habitude de faire. Il n'y a pas de sang et scènes malsaines, mais plutôt un monde dévasté. Celui du Japon après la catastrophe de Fukushima, et particulièrement de trois couples qui vivent la situation de différentes façons. Volontairement naïf, faisant alterner le drame avec quelques éclaircies comiques, le long métrage tarde à prendre son envol. Mais lorsqu'il le fait, l'émotion finit par arriver, comme rarement dans le cinéma de Sono. Sa mise en scène aurait peut-être mérité un soin encore plus grand, sauf que son évolution est de plus en plus palpable. ***

samedi 20 octobre 2012

Le FNC au jour le jour: samedi

C'est l'avant-dernière journée du FNC. Pour savoir quoi voir, suivez le guide!

Mes suggestions - Life of Pi, Camille redouble, Rhino Season et bien plus - se trouvent sur le site de Cineplex.

Film du jour: One From the Heart

De tous les films de Francis Ford Coppola, One From the Heart est un de ses moins connus. Arrivant tout juste après sa vague de fresques importantes, cette comédie romantique a  fait chou blanc au box-office. Cela est bien entendu dommage, parce que si le récit n'innove pas tellement sur le plan du scénario - un couple séparé se retrouve au fil des intempéries -, c'est tout le contraire au niveau technique. Le célèbre réalisateur s'en donne à coeur joie, pondant un grand délire kitch qui a dû coûter les yeux de la tête. Un trip un brin esthétisant qui semble aussi frais en 2012 qu'en 1982. ***1/2

vendredi 19 octobre 2012

À voir au FNC aujourd'hui (vendredi)

Mes propositions FNC du jour, dont le puissant Au-delà des collines de Christian Mungiu.

Mes choix se retrouvent sur le site de Cineplex.

Film du jour: Penance

Présenté aujourd'hui dans le cadre du Festival du nouveau cinéma, Penance est une saga de près de cinq heures divisée en cinq épisodes qui explore les conséquences d'un meurtre dans l'entourage de quatre femmes. Mis en scène par le maître du suspense japonais - Kiyoshi Kurosawa, à qui l'on doit les excellents Cure et autres Retribution -, cette série particulièrement malsaine se veut beaucoup plus psychologique qu'horrifique. En prenant son temps, en présentant des personnages tourmentés, le père de l'illustre Tokyo Sonata développe un univers qui fonctionne malgré ses répétitions et quelques baisses de régime. Sans être un grand crû pour le cinéaste, il faut avouer que l'ensemble finit par captiver, surtout le dernier segment qui vient remettre toutes les pièces du puzzle en ordre. Comme il est improbable qu'une nouvelle diffusion montréalaise de Penance soit envisageable, mieux vaut l'attraper pendant qu'il passe... ou s'en mordre les doigts le reste de ses jours! ***1/2

jeudi 18 octobre 2012

En attendant Paranormal Activity 4...

En attendant la sortie de Paranormal Activity 4, voici une liste de films qui font très, très peur.

Mes suggestions se trouvent sur le site de Cineplex.

À ne pas manquer au FNC (jeudi)

Le FNC se poursuit aujourd'hui avec la présentation de films très attendus, dont Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas, Dans la maison de François Ozon et Insurgence d'un collectif dirigé par Rodrigue Jean.

Mes propositions de la journée se trouvent sur le site de Cineplex.

Film du jour: Le cercle rouge

Quel est le meilleur long métrage de Jean-Pierre Melville? En voilà une question difficile à répondre tant les candidats de choix sont nombreux. Et si c'était Le cercle rouge, ce formidable film de vols à l'ambiance si extraordinaire, à l'atmosphère si suffocante? Le cinéaste a toujours été fasciné par le cinéma américain et il offre ici une relecture de grande classe du polar mais également du western parisien, soignant à l'extrême ses images et sa musique tout en confrontant de grands acteurs comme Alain Delon, Bourvil et Yves Montand. Tout simplement un classique du genre. ****1/2

mercredi 17 octobre 2012

Sur le tournage du nouveau film de Jean-Pierre Jeunet

Samedi dernier au matin, j'ai bravé le froid et l'humidité pour visiter le plateau de tournage de The Young and Prodigious Spivet, le nouveau film de Jean-Pierre Jeunet qui a été tourné en grande partie au Québec.

Mes aventures sur le plateau et mon entrevue avec le réalisateur d'Amélie Poulain se trouvent sur le site du Métro.

Mes suggestions FNC du jour (mercredi)

Le Festival du nouveau cinéma avance à toute vitesse. 

Afin de ne rien manquer, voici mes suggestions de la journée, qui comprennent le très attendu La part des anges de Ken Loach et le film québécois Catimini.

Mes choix se trouvent sur le site de Cineplex.

Film du jour: L'enfance nue

Dès son premier film, L'enfance nue, Maurice Pialat développait un style qui lui était propre: celui de vouloir sonder l'âme de ses personnages en les filmant au plus proche, sans artifice, comme s'il s'agissait d'un documentaire. Dans ce superbe essai qui en a influencé plus d'un (dont les frères Dardenne), il suit un enfant difficile qui va de famille en famille. Sans jamais juger ses personnages, le cinéaste est capable de rendre sympathique et antipathique son héros, obligeant le spectateur à se questionner sur ses sentiments. Le tout est brillamment relevé par d'étonnants interprètes non professionnels (le petit Michel Terrazon est fascinant à voir) et une mise en scène non apparente d'une rare sensibilité. ****1/2

mardi 16 octobre 2012

À voir aujourd'hui au FNC (mardi)

Il y a encore aujourd'hui pas mal de belles choses à voir au Festival du nouveau cinéma, dont The Land of Hope de Sion Sono et Le magasin des suicides de Patrice Leconte.

Pour tout savoir, suivez le guide ICI.

DVD : Rebelle, Take This Waltz, Moonrise Kingdom, Madagascar 3, Trente tableaux, Red Lights, The Woman in the Fifth, That's My Boy

Mardi rime avec les sorties dvd et blu-ray, et cette semaine, nous allons en profiter pour faire un peu de rattrapage.

Meilleur film québécois de 2012 jusqu'à maintenant, Rebelle de Kim Nguyen suit le sort d'une jeune orpheline enfant soldate en Afrique. À la fois violent et lyrique. ****

Moins spectaculaire que Away From Her, Take This Waltz de Sarah Polley demeure tout de même une belle histoire d'amour pour adultes avec une Michelle Williams extrêmement convaincante. ***1/2

Wes Anderson signe son effort le plus flamboyant depuis des années avec Moonrise Kingdom où il plonge de savoureux personnages dans un camps d'été. Truculent à souhait. ***1/2

On ne regarde pas Madagascar 3 pour son scénario on son animation. Mais plutôt pour la folie qui s'y trouve et qui est capable de surprendre allègrement. ***

Paule Baillargeon revisite sa vie et sa carrière avec Trente tableaux, un essai sensible mais pas totalement concluant qui aurait mérité d'être un peu plus épuré. **1/2

Après son excellent Buried, le réalisateur Rodrigo Cortes déçoit avec Red Lights, une histoire de magie  qui tombe quelque peu à plat à mis chemin. Dommage. **1/2

Sorte de Polanski qui tourne en rond sans exploiter son potentiel, The Woman in the Fifth de Pawel Pawlikowski s'intéresse au sort d'un romancier déchu interprété par Ethan Hawke. Banal. **1/2

Nouveau navet mettant en vedette Adam Sandler, That's My Boy de Sean Anders est une comédie vulgaire et même pas drôle sur le sens des valeurs familiales. Haut le coeur assuré. *1/2

Ces prochaines semaines, je tâcherais de revenir sur Dark Horse de Todd Solondz et La mer à boire avec Daniel Auteuil.

Film du jour: Love and Death

Une formidable rétrospective de TOUS les films de Woody Allen se tient au Cinéma du Parc et ce, pendant plusieurs semaines. Sans nécessairement revenir sur chacune des productions du cinéaste à lunettes, quelques-uns de mes «films du jour» seront en son hommage. Dont Love and Death qui est une de ses créations les plus hilarantes en carrière. En faisant une parodie de la culture et de la littérature russe avec son lot de délicieuses anachronismes, le réalisateur offre ici un tour de force magistral, explorant tous ses thèmes fétiches mais d'une façon inédite. Un peu d'air frais dans une filmographie qui se suit et se ressemble beaucoup. ****

lundi 15 octobre 2012

Ce qu'il faut voir au FNC en ce lundi 15 octobre...

Qu'est-ce qu'il faut voir aujourd'hui au Festival du nouveau cinéma?

Voici quelques suggestions, dont Le torrent et In Another Country.

Mes sélections du jour se trouvent sur le site de Cineplex.

À demain!

Film du jour: Pierrot le fou

De tous les films de Jean-Luc Godard, Pierrot le fou est certainement mon préféré. Rarement aura-t-il mélangé avec autant d'adresse son discours politique et son amour pour la littérature intellectuelle avec une forme à l'avant-garde, fertile en imagination et en sensations fortes. Ce chef-d'oeuvre sur l'anarchie n'est pas seulement une oeuvre très personnelle pour le cinéaste (il venait de rompre avec Anna Karina... on a juste à voir à ce qui lui arrive dans le film!), il est probablement en avance sur son temps, jouant avec le médium cinéma comme peut avant et depuis lui, pour former une symbiose entre l'art, la poésie, et l'émotion. Tout cela grâce au parcours de série B de deux amants voleurs, dont son éternel alter ego est encore une fois jouée par Jean-Paul Belmondo qui trouve ici un de ses rôles les plus exigeants. *****

Entrevue avec Hugo Latulippe pour Alphée des étoiles

Très beau documentaire sur l'enfance, la maladie, la nature et la nécessité de se battre pour protéger ce qu'on aime, Alphée des étoiles est certainement le documentaire le plus personnel d'Hugo Latulippe.

J'ai rencontré le cinéaste qui m'a parlé de cet essai lyrique et poétique.

Mon texte se trouve sur le site du Métro.

dimanche 14 octobre 2012

À voir au FNC aujourd'hui (dimanche)

À voir au FNC aujourd'hui, plein de belles choses, dont Vous n'avez encore rien vu et À perdre la raison.

Mes conseils du jour se trouvent sur le site de Cineplex.

Searching For Sugar Man, The Imposter, Alphée des étoiles, Seven Psychopaths, L’amour dure trois ans, Sinister, Antiviral, Here Comes the Boom

Cette semaine au sein des sorties de films, ce sont les documentaires qui retiennent l'attention avec trois essais qui méritent le détour.

Il y a tout d'abord Searching For Sugar Man de Malik Bendjelloul, un effort extrêmement soigné qui permet de découvrir un musicien extraordinaire - Sugar Man - qui aurait inspiré des milliers de personnes pendant l'Apartheid. Incroyable, mais vrai. ****

Tout autant est The Imposter de Bart Layton qui porte sur un homme qui adore prendre l'identité de personnes disparues. Le long métrage fascine et donne froid dans le dos, et il est doté d'une réalisation vraiment impressionnante. ***1/2

Plus poétique est Alphée des étoiles où le cinéaste Hugo Latulippe filme sa jeune fille dans des paysages enchanteurs. Une belle oeuvre lyrique qui est parsemée d'espoir et de chaleur humaine. ***1/2

Au sein des fictions, Seven Psychopaths de Martin McDonagh se démarque du lot. Il s'agit d'une comédie noire bordélique façon Tarantino sur un scénariste qui aimerait bien écrire sur des psychopathes. Hilarant et presque culte. ***1/2

Beaucoup plus romantique dont le célèbre livre dont il s'inspire, L'amour dure trois ans est réalisé par Frédéric Beigbeder lui-même. Drôle et sympathique, le long métrage laisse cependant peu de souvenirs impérissables. ***

C'est difficile de faire des bons films d'horreur. Sinister de Scott Derrickson l'apprend à ses dépends dans sa façon de plonger un écrivain dans un lieu qui pourrait être hanté. Malgré le soin apporté à l'ambiance et le jeu convaincu d'Ethan Hawke, les réels frissons sont rares. **1/2

On reconnaît aisément la touche de papa dans Antiviral de Brandon Cronenberg, une comédie très noire sur le culte de la célébrité. Il y a d'ailleurs beaucoup d'hémoglobine et une fascination pour le corps humain. Esthétiquement attrayant, la machine tourne cependant à vide avec son scénario incohérent. **

Comédie stupide sur un professeur qui cherche à sauver le département de musique de son école, Here Comes the Boom de Frank Coraci est une autre farce grasse mettant en vedette le toujours «très subtil» Kevin James. Ouch! *1/2

Film du jour: Starman

Qui a crû un jour que John Carpenter allait faire un film de science-fiction pour toute la famille? C'est pourtant le cas avec Starman, une sorte d'E.T. qui serait interprété par Jeff Bridges et qui veut également rentrer à la maison. Une fois passée la surprenante introduction, on se retrouve en terrain connu. Cela n'enlève cependant rien à la capacité du long métrage, très divertissant, ou le duo formé de Bridges et surtout de Karen Allen qui font passer un très bon moment. ***1/2

samedi 13 octobre 2012

À voir ce samedi au FNC

Voici mes suggestions de la journée au sein de tous les films qui sont diffusés dans le cadre du Festival du nouveau cinéma

Mes sélections se trouvent ici.

Film du jour: The Virgin Suicides

Oubliez Lost in Translation. Le meilleur effort de Sofia Coppola est facilement The Virgin Suicides, ce petit film malsain sur le destin de soeurs trop belles pour le commun des mortels. Il y avait déjà tout ce qui est emblématique de son cinéma, mais à la puissance 1000: une fascination pour le quotidien répétitif, un drame teinté de comédie, une ambiance inquiétante, une atmosphère délicieuse, une interprétation désincarnée, une photographie éblouissante et une trame sonore inoubliable, offerte dans ce cas-ci par Air. Non, sincèrement, par la suite, elle ne s'est que plagiée, pour le meilleur et pour le pire. ****

vendredi 12 octobre 2012

Brandon Cronenberg nous parle d'Antiviral

Pour Antiviral, son premier long métrage, Brandon Cronenberg nous plonge dans un univers futuriste où les vedettes prennent beaucoup de place.

Il y a quelques semaines, j'ai pu discuter avec le fils de David Cronenberg lors de son passage à Montréal.

Mon entrevue se trouve dans les pages d'aujourd'hui du Métro.

À voir au FNC (vendredi 12 octobre)

Pour ceux et celles qui ne savent pas trop quoi voir aujourd'hui au Festival du nouveau cinéma, voici quelques suggestions.

Mes choix se retrouvent ICI.

Film du jour: Duel

Si Steven Spielberg est ce qu'il est aujourd'hui, c'est grâce à Duel, ce formidable film de série B où on homme est confronté à un conducteur fou. Même si l'histoire extrêmement mince, il y a matière à divertir follement pendant un bon bout de temps. La mise en scène est brillante et la tension demeure palpable du début à la fin. Pas besoin d'un grand budget et de plein d'effets spéciaux pour en mettre plein la vue. Seulement un scénario suffisamment bien huilé, beaucoup de rythme, des comédiens talentueux et un certain regard artistique. ***1/2

jeudi 11 octobre 2012

À voir aujourd'hui au FNC (jeudi)

C'est aujourd'hui au Festival du nouveau cinéma que sont présentés Mars et Avril, Alphée des étoiles et Antiviral. Il y a toutefois d'autres projections intéressantes.

Pour tout savoir, suivez le guide en lisant mon texte.

Film du jour: L'atalante

Au panthéon des meilleurs films francophones du septième art, on cite généralement Les enfants du paradis et La règle du jeu. Il faudrait rajouter à cette catégorie très sélecte L'atalante de Jean Vigo. Cette histoire d'amour qui vire mal entre un couple qui vient tout juste de se marier a révolutionné le cinéma, autant formellement (l'élaboration du montage est inouïe) qu'au niveau des idées. Dans ce qui était son seul long métrage dans sa trop courte carrière, le cinéaste montre de son génie dans sa façon de combiner naturalisme sauvage et surréalisme romantique, et ainsi maquer à jamais son art. Une oeuvre belle comme le plus merveilleux des rêves. *****

mercredi 10 octobre 2012

Entrevue: Simon Galiero pour La mise à l'aveugle

Film d'ouverture du Festival du nouveau cinéma, La mise à l'aveugle de Simon Galiero est une histoire de poker qui mélange tragédie et comédie.

J'ai pu discuter avec le metteur en scène qui m'a parlé de son second long métrage.

Mon entrevue se retrouve sur le site de Cineplex.

Quoi voir et faire au FNC aujourd'hui? (mercredi)

Pendant toute la durée du Festival du nouveau cinéma, je vous propose des itinéraires de films et d'activités à ne pas manquer. Ils se retrouveront sur le site de Cineplex.

Celui d'aujourd'hui est ICI.

10 films à voir au FNC

La 41e édition du Festival du nouveau cinéma débute aujourd'hui.

Pour l'occasion, voici 10 films à voir absolument.

Film du jour: Stagecoach

Stagecoach n'est pas un des westerns les plus importants du septième art pour rien. C'est la première association entre John Ford et John Wayne, le premier western parlant de Ford et le premier qui utilisation ces images de fonds qui sont devenus des archétypes du genre. Surtout, il s'agissait d'une oeuvre d'une qualité estimable, divertissante et symboliquement riche de sens, où l'interprétation suave est en parfaitement concordance avec la mise en scène musclée. Une référence, quoi! *****

mardi 9 octobre 2012

Les meilleurs films de James Bond

James Bond fête cette année son 50e anniversaire d'aventures au cinéma. Pour souligner l'évènement, voici un article qui pourrait intéresser les fans de l'agent 007.

Il s'agit d'un top 10 de ses meilleurs films!!!

Film du jour: E.T.

Le classique E.T. de Steven Spielberg est de retour dans une superbe édition Blu-ray avec des images et des pistes sonores de qualité supérieure. En dehors de ces nouveaux suppléments qui occuperont pendant un bout, c'est surtout la joie de redécouvrir un des plus beaux films sur l'enfance. Tout le monde connaît cette histoire improbable mais charmante comme tout entre un jeune enfant et cet extraterrestre au long cou qui fait des bruits bizarres. Cela dit, en le revoyant à l'âge adulte, on se rend compte que le récit était beaucoup plus noir et sombre que dans nos souvenirs. Que le cinéaste était déjà en pleine possession de ses moyens et que Drew Barrymore était une bien meilleure actrice à l'époque. ****1/2

lundi 8 octobre 2012

DVD : Une vie de chat, Prometheus, Rock of Ages, Le paradis des bêtes, The Raven

Une fois n'est pas coutume. Dans l'ensemble, les nouveautés dvd et blu-ray de cette semaine ne volent pas haut. Il y a toutefois quelques exceptions salvatrices.

C'est le cas de Une vie de chat, une gentille animation de Jean-Loup Felicioli et d'Alain Gagnol sur l’amitié entre une fillette et un matou. L'univers sombre effrayera peut-être quelques enfants, mais l'esthétisme est loin d'être négligeable. ***

Très attendue retour de Ridley Scott derrière la barre d'un Alien, Prometheus a déçu plusieurs personnes. Visuellement, l'effort était superbe et les comédiens livraient de solides prestations. Pourtant, la prétention cognait constamment à la porte, tout comme ce sentiment que le cinéaste en montrait beaucoup trop et que la peur n'était jamais réellement au rendez-vous. ***

Comédie musicale disjonctée qui s'essouffle au bout de 30 minutes, Rock of Ages d'Adam Shankman fait sourire. Mais avec autant de talent, le résultat aurait pu être tellement mieux. **1/2

Un père kidnappe ses enfants dans Le paradis des bêtes, une oeuvre inégale d'Estelle Larrivaz. La première partie, intrigante à souhait, est gâchée par une seconde partie invraisemblable et décevante au possible. **1/2

La beauté gothique de The Raven de James McTeigue est indirectement proportionnelle à la qualité de son scénario. À quoi bon voir pendant près de deux heures des images léchées sur Edgar Allen Poe et des meurtres s'il n'y a rien de très comestible à se mettre sous la dent? **

Les plus belles voitures de James Bond

James Bond célèbre son 50e anniversaire au cinéma. Pour fêter l'évènement, voici cinq des plus jolies automobiles qu'il a pu conduire dans sa longue carrière.

Mon article se trouve sur le site de Cineplex.