dimanche 17 décembre 2017

Film du jour: Design for Living

Sans être un «classique» d'Ernst Lubitsch, Designg for Living n'en demeure pas moins une comédie féministe bien en avance sur son époque, alors qu'une femme se partage l'amour de deux amis soupirants. Le long métrage au casting imparable est rapide, sexy, orchestré avec soin et souvent hilarant, offrant un jeu de séduction comme rien d'autre dans les années 30... jusqu'à aujourd'hui. ****

samedi 16 décembre 2017

Sorties au cinéma: The Shape of Water, Star Wars: The Last Jedi, Le sens de la fête, Darkest Hour, Wonder Wheel

Le cinéma fantaisiste est à l'honneur cette semaine dans les salles avec deux poids lourds.

The Shape of Water: Après quelques échecs, Guillermo del Toro refait une nouvelle version de son mythique Labyrinthe de Pan avec cette oeuvre poétique et visuellement splendide, mais consensuelle et qui cherche peut-être trop à remporter des prix. ***1/2

Star Wars: The Last Jedi: Oubliez l'épisode VII et Rogue One. Voici enfin un Star Wars satisfaisant. Même si elle est trop longue, l'oeuvre de Rian Johnson regorge de surprises, de scènes d'action spectaculaires et de moments délirants. ***1/2

Le sens de la fête: Les réalisateurs d'Intouchables reviennent au film 100% comique avec cette farce au casting hallucinant qui aurait toutefois pu être plus drôle et profonde. Les gags amusants côtoient constamment ceux moyennement au point. **1/2

Darkest Hour: Énième long métrage sur Churchill, celui de Joe Wright privilégie l'humour en temps de guerre, démolissant du coup son suspense. La progression classique est au moins relevée d'une mise en scène assurée, et Gary Oldman s'amuse sous son maquillage et ses facéties grotesques. **1/2

Wonder Wheel: À la fois un des plus beaux efforts de Woody Allen sur le plan visuel et un de ses moins intéressants, ce Tennessee Williams des pauvres provoque l'ennui. On a déjà vu tout ça des dizaines de fois. Et si en plus le charme habituel de son auteur n'y est plus, à quoi ça sert? **

Film du jour: In This Corner of the World

Après un séjour éclair au cinéma, In This Corner of the World de Sunao Katabuchi risque de se faire des adeptes auprès des gens qui le découvriront dans le confort de leur maison. Il s'agit d'une très jolie animation japonaise dans la lignée du Tombeau des lucioles, où la guerre transformera à jamais le quotidien d'une jeune âme. Alternant moments de gravité et de légèreté, prenant son temps pour bien soigner ses personnages, l'ensemble captive malgré une certaine errance du scénario. Les dessins y sont vraiment somptueux. ***1/2

vendredi 15 décembre 2017

Film du jour: Ma saison préférée

Ma saison préférée est un des meilleurs films d'André Téchiné. Une oeuvre ample, forte et maîtrisée sur la famille, où Catherine Deneuve et Daniel Auteuil campent des progénitures d'une rare complexité. Très bien écrit, le long métrage navigue avec aisance au sein d'une multitude de thèmes et il y a toujours une image ou une parole qui restera gravée longtemps après la tombée du générique. ****

jeudi 14 décembre 2017

Film du jour: Pour le meilleur et pour le pire

Froidement accueilli à son époque (1975), Pour le meilleur et pour le pire de Claude Jutra livre difficilement ses charmes quatre décennies plus tard. Bien que le drame qui se joue dans l'ombre est terrible et qu'il est atténué par quelques moments poétiques et musicaux, la trame narrative n'est guère enlevante. Les engueulades sonnent faux, l'interprétation y est forcée (ou théâtrale) et le mélange de satire et d'absurde ne forment pas un ensemble convaincant. Il y a pourtant une matière nécessaire à récolter, alors qu'elle est timidement abordée ici à la façon d'un Lelouch plutôt que d'un Bergman. **1/2

mercredi 13 décembre 2017

Film du jour: Logan

Au sein des meilleures superproductions de l'année, il y a certainement Logan de James Mangold, un western extrêmement violent qui parvient presque à faire croire à l'utilité de cette franchise. En faisant abstraction des catastrophiques 20 dernières minutes qui sabotent tout, le long métrage décoiffe allègrement, gracieuseté d'une histoire minimaliste, d'une réalisation maîtrisée, d'une interprétation vigoureuse et d'une trame sonore essentielle de Marco Beltrami. On est passé près d'un grand film. ***1/2

mardi 12 décembre 2017

Nouveautés dvd/blu-ray: Detroit, Poésie sans fin, The Trip to Spain, Bad Lucky Goat, Killing Heydrich, Acts of Vengeance, Viceroy's House, Kingsman: The Golden Circle

Le cinéma à la maison est encore le meilleur moyen de lutter contre la neige qui tombe.

Detroit: Kathryn Bigelow frappe fort avec cette histoire vraie à glacer le sang, qui étouffe le spectateur dans l'horreur et l'injustice. ****
Ma critique sera bientôt disponible

Poésie sans fin: Cette suite de la Danse de la réalité montre un Alejandro Jodorowsky en grande forme, qui surprend constamment avec sa finesse et son inventivité. ***1/2

The Trip to Spain: Fidèle à ses deux prédécesseurs, cette comédie souvent très drôle de la part de Michael Winterbottom peine toutefois à se renouveler. ***

Bad Lucky Goat: La prémisse de ce récit initiatique de Samir Oliveros est plus satisfaisante que le produit final, qui s'éparpille avant la fin. **1/2

Killing Heydrich: Ce biopic de Cédric Jimenez sur le bourreau allemand séduit dans sa première moitié avant de laisser totalement de glace. **1/2

Acts of Vengeance: Antonio Banderas domine cette honnête série B d'Isaac Florentine, qui amuse à ses heures malgré ses clichés et ses conventions. **1/2

Viceroy's House: On se sent vraiment devant un téléfilm didactique lorsqu'on regarde cette production bien intentionnée de Gurinder Chadha. **

Kingsman: The Golden Circle: Autant le premier tome était fort divertissement, autant cette suite toujours signée Matthew Vaughn énerve à la vitesse de l'éclair. *1/2

Film du jour: Wonderful Town

Le meilleur moyen de lutter contre la tempête de neige qui s'en vient est d'aller voir Wonderful Town d'Aditya Assarat, ce soir à la Cinémathèque québécoise. Il s'agit d'une oeuvre chaude, lente et de toute beauté sur un amour interdit, qui donne le goût de voyager ou de tomber amoureux. Si le film n'est pas pour tout le monde, son doux parfum enivre presque instantanément. ***1/2

lundi 11 décembre 2017

Film du jour: Election

Disponible à partir de demain dans la prestigieuse collection Criterion, Election d'Alexander Payne est cette satire jouissive du milieu de l'éducation et le film offre encore à ce jour la meilleure performance de toute la carrière de Reese Witherspoon. Une comédie féroce et décapante qui séduit instantanément par l'intelligence de son scénario et la vivacité de ses répliques. Du vrai bonbon. ****

dimanche 10 décembre 2017

Les films préférés de... Saoirse Ronan

Découverte en 2007 dans Atonement à l'âge de seulement 13 ans, Saoirse Ronan mène depuis une carrière enviable, ayant notamment apparue dans The Lovely Bones, Hanna, The Grand Budapest Hotel et Brooklyn. Je lui ai parlé pour la sortie de Lady Bird (mon entrevue) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse...

« Je ne sais pas si ce sont mes films préférés, parce que ça varie selon mes humeurs. Bridesmaids et Dirty Dancing sont des films que je pourrais regarder jusqu'à la fin de ma vie. Ce qu'ils ont en commun, c'est ce que ce sont des femmes qui vivent des moments difficiles dans leur vie et qui trouvent des solutions pour y remédier. J'aime ce genre de films, de personnages. »

Film du jour: The Incredibles

En attendant sa suite qui atterrira sur les écrans de cinéma l'été prochain, on revoit The Incredibles de Brad Bird avec le même plaisir. C'est l'animation idéale pour petits et grands qui est parsemée de flashs incroyables et de gags délirants. L'histoire est peut-être limitée, les personnages ne le sont jamais et les situations ravissent constamment. ***1/2

samedi 9 décembre 2017

Film du jour: Les états nordiques

S'il est normal d'être un peu déçu devant Boris sans Béatrice de Denis Côté, revenir à son premier long métrage Les états nordiques (présenté ce soir à la Cinémathèque québécoise) est une nécessité. Seulement pour noter son intelligence, son intransigeance et son désir de s'évader d'une forme pré-établie. Le cinéaste a bien mûri depuis, sauf que ses premiers pas cinématographiques demeurent essentiels. ****

vendredi 8 décembre 2017

Sorties au cinéma: L'autre côté de l'espoir, God's Own Country, Ta peau si lisse, The Disaster Artist, Noël et Cie

Ce qui est formidable en cette période de l'année, c'est qu'il y a toujours des nouveaux films extrêmement intéressants qui prennent l'affiche au cinéma.

L'autre côté de l'espoir: C'est le cas de ce formidable opus d'Aki Kaurismäki qui mélange avec maestria rires, mélancolie et problèmes sociaux. Sa mise en scène frôle la perfection et ce sera impossible de ne pas inclure ce titre dans notre palmarès de fin d'année. ****

God's Own Country: Sorte de Brokeback Mountain indépendant, ce long métrage âpre de Francis Lee enivre par ses vibrants interprètes, son rythme unique et la grande qualité de sa photographie. ***1/2

Ta peau si lisse: Denis Côté retourne à ses objets laboratoires avec cet hybride entre fiction et documentaire. Plus tendre et gentil que d'habitude, l'essai hypnotise allègrement bien que sa finale volontairement décalée laisse un peu à désirer. ***

The Disaster Artist: L'histoire derrière The Room (un des pires films du septième art) est racontée par cette fiction cocasse mais beaucoup trop lisse et superficielle de James Franco. On est très loin de la poésie essentielle - autant cinématographiquement que sur le plan scénaristique - du Ed Wood de Burton. **1/2

Noël & Cie: Alain Chabat demeure en mode Marsupilami avec ce conte moralisateur et assez indigeste qui s'adresse aux enfants de quatre ans. Après un début prometteur, la production accumule tous les clichés possibles, se perdant dans de nombreuses fautes de goûts. **

Film du jour: They Live by Night

La Cinémathèque québécoise présente ce soir They Live by Night, le premier long métrage de Nicholas Ray. Plus près du film gris que du film noir, cette histoire d'amour entre un voleur et une adolescente innocente ensorcelle par la tenue de ses plans rapprochés et la sensibilité de son intrigue, qui demeure tout de même assez prévisible. ***1/2

jeudi 7 décembre 2017

Les 10 meilleurs films de 2017 non distribués

2017 touche à sa fin. En attendant les différents palmarès, voici mon top 10 des meilleurs films qui n'ont pas pris l'affiche au Québec (sauf en période de festivals ou lors d'une projection unique).

1. Félicité d'Alain Gomis

2. The Day After de Hong Sang-soo

3. Certain Women de Kelly Reichardt

4. Ex Libris de Frederick Wiseman

5. Cameraperson de Kirsten Johnson

6. Carré 35 d'Éric Caravaca

7. Caniba de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel

8. Mrs. Fang de Wang Bing

9. A Man of Integrity de Mohammad Rasoulof

10. Les fantômes d'Ismaël d'Arnaud Desplechin


Mentions spéciales

- The Road to Mandalay de Midi Z

- Free and Easy de Geng Jun

- Town in a Lake de Jet Leyco

- Night is Short, Walk On Girl de Masaaki Yuasa

- Miss Hokusai de Keichi Hara

- Meteorlar de Gürcan Keltek

- Communion d'Anna Zamecka

- La nuit où j'ai nagé de Damien Manivel, Kohei Igarashi

- Un beau soleil intérieur de Claire Denis

- Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc de Bruno Dumont

Film du jour: Carcasses

De tous les films présentés à la Cinémathèque québécoise dans le cadre de la rétrospective des premiers longs métrages de Denis Côté, Carcasses est certainement l'essai le plus proche de Ta peau si lisse qui prend l'affiche ce vendredi. Il s'agit d'un laboratoire en mouvement qui fait évoluer fiction et documentaire à l'aide d'une méthode bien précise. L'exercice surprend constamment bien qu'il soit un peu laborieux, alors que la seconde moitié vient complètement détruire ce qui a été construit jusque-là. ***

mercredi 6 décembre 2017

Denis Villeneuve honoré

Denis Villeneuve a été honoré hier d'un doctorat honorifique de l'UQAM. Je l'ai rencontré après cet heureux événement afin de recueillir ses impressions sur sa carrière, Blade Runner 2049 et Dune. Mon texte se trouve dans le journal Métro d'aujourd'hui.

Film du jour: Elle veut le chaos

En attendant son nouveau long métrage Ta peau si lisse, la Cinémathèque québécoise propose une rétrospective des premiers films de Denis Côté. On se replongera dans Elle veut le chaos avec curiosité, pas tant pour le propos assez chiche que pour la démarche esthétique extrêmement soignée, plus près du cinéma de Bela Tarr et d'Europe de l'Est que de l'univers propre du cinéaste québécois. ***

mardi 5 décembre 2017

Nouveautés Blu-ray/dvd: Sage femme, Le problème d'infiltration, La danseuse, Despicable Me 3, American Assassin, Santa Stole Our Dog, Conor McGregor: Notorious

Un film français et québécois se démarquent du lot cette semaine au sein des nouvelles sorties dvd et blu-ray.

Sage femme: La petite musique de Martin Provost (Séraphine) continue à opérer merveilleusement à travers ce très beau drame existentielle où Catherine Frot donne enfin la réplique à Catherine Deneuve. Une rencontre au sommet qui vaut le détour. ***1/2
Ma critique
Mon entrevue avec le cinéaste

Le problème d'infiltration: Robert Morin s'amuse comme un petit fou dans ce cauchemar domestique, où un scénario prévisible et peu subtil est au service d'une mise en scène hallucinante. Christian Bégin y trouve son meilleur rôle au cinéma. ***

La danseuse: Autant on peut être ensorcelé par les chorégraphies et le faste de la réalisation de Stéphanie Di Giusto, autant l'ennui n'est jamais bien loin de prendre les rennes de cette production bien attentionnée mais un peu quelconque. ***

Despicable Me 3: Les enfants rigoleront devant cette nouvelle aventure colorée de Pierre Coffin et Kyle Balda. Les plus grands trouveront toutefois que le concept s'épuise sévèrement et qu'on devait au plus vite passer à autre chose. **1/2

American Assassin: Série B risible sous fond de terrorisme, cet objet mécanique de Michael Cuesta fait rire involontairement devant tant de stupidités. C'est déjà ça de pris. **

Entre le puéril Santa Stole our Dog et le superficiel documentaire Conor McGregor: Notorious qui sont également disponibles aujourd'hui, on tranche la pomme en deux en faisant autre chose de notre précieux temps!

Film du jour: Coco

Nouvelle splendeur de Pixar, Coco de Lee Unkrich est un immense plaisir visuel et sonore, dont le propos - les morts qui sont toujours là aux côtés des vivants, l'importance des souvenirs et du cinéma dans la création de la mémoire - vont droit au coeur. Même si c'est trop long, trop moralisateur et qu'en définitive, ce n'est qu'un ersatz du chef-d'oeuvre Le voyage de Chihiro, l'aventure s'avère enlevante et elle risque de plaire aux grands comme aux petits. ***1/2

lundi 4 décembre 2017

Entrevue Denis Côté (Ta peau si lisse)

Pour la sortie de son nouveau long métrage Ta peau si lisse, à l'affiche dès vendredi, je me suis entretenu avec le toujours intéressant Denis Côté. Mon entrevue se trouve dans les pages du journal Métro.

Film du jour: À tout prendre

Il a fallu À tout prendre de Claude Jutra en 1963 pour faire entrer le cinéma québécois dans sa modernité. En le revoyant, on est happé par ses thèmes fédérateurs et avant-gardiste, son originalité technique de chaque instant (fortement influencée par la Nouvelle Vague) et sa profonde liberté. Un climat de poésie, d'espoir puis de désenchantement émane de cette oeuvre unique, à classer parmi les plus belles de notre cinématographie. ****1/2

dimanche 3 décembre 2017

Les films préférés de... Jean-Michel Anctil

Un des humoristes québécois les plus populaires, Jean-Michel Anctil flirte de plus en plus avec la télévision et le cinéma. Il était d'ailleurs de la distribution du long métrage Nous sommes les autres (mon entrevue) où il défendait un rôle dramatique. Je l'ai rencontré et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse...

« J'ai comme idole Coluche et un des plus beaux films qu'il a fait, il a gagné un César pour son rôle là-dedans, c'est Tchao Pantin. C'est un humoriste qui joue un garagiste. C'est un drame, il n'y a rien de comique là-dedans, mais il est tellement bon! C'est un de mes films préférés.

Ensuite de ça... ma blonde va être contente que je dise ce film-là, parce que c'est également un de ses préférés, c'est La société des poètes disparues. Aussi Un zoo la nuit. J'aime beaucoup les films français, alors je dirais Un crime au paradis. Jacques Villeret là-dedans est extraordinaire. La liste pourrait être longue, j'aime autant l'humour, le drame, l'action. Mais je dirais que Tchao Pantin est au top. »

Film du jour: Time to Die

Premier long métrage d'Arturo Ripstein sur un scénario de Gabriel Garcia Marquez et des dialogues de Carlos Fuentes, Time to Die est un néo-western mexicain contemplatif et mélancolique. Une oeuvre subtile toute en intériorité, pas toujours palpitante mais forte en gueule, qui bénéficie d'une superbe photographie en noir et blanc. ***1/2
Ma critique

samedi 2 décembre 2017

Film du jour: Maurice

30 ans avant Call Me By Your Name, il y a eu Maurice, le film de James Ivory qui raconte une histoire d'amour entre deux hommes. L'oeuvre de grande classe est portée par les excellentes performances de James Wilby et de Hugh Grant qui n'aura jamais été aussi juste. Comme souvent chez les productions d'Ismail Merchant le soin esthétique est d'un classicisme honorable et le scénario d'une richesse psychologique ne manquera pas de hanter malgré quelques lieux communs. À redécouvrir à la Cinémathèque québécoise. ***1/2

vendredi 1 décembre 2017

Sorties au cinéma: Tadoussac, Jeune femme, DPJ, Blade of the Immortal, Rock'n roll, Radius

Décembre commence en force par plusieurs petits opus très recommandables.

Tadoussac: Après son excellent Les manèges humains, Martin Laroche persiste et signe cette très belle chronique sur une jeune femme qui tente de retrouver ses racines. Camille Mongeau et Isabelle Blais y sont excellentes, alors que le scénario nuancé propose de nombreux instants déchirants. ***1/2

Jeune femme: Lauréat de la prestigieuse Caméra d'Or, ce premier long métrage de Léonor Serraille est le récit d'émancipation d'un être sans emploi ni logement. Implacable sans être misérabiliste, cette oeuvre fugace doit beaucoup à la performance fulgurante de Laetitia Dosch qui crève littéralement l'écran. Qu'elle danse sa vie sur la meilleure des trames sonores ou qu'elle souffre en affrontant ses démons, impossible de détacher les yeux de ce corps alerte et résiliant tout à la fois. ***1/2

DPJ: C'est un documentaire fort en gueule qu'offre Guillaume Sylvestre en s'intéressant à ce métier décrié mais si important. Bien qu'un peu long et redondant, plusieurs moments rendent la gorge nouée. ***

Blade of the Immortal: Takeshi Miike est encore capable de pondre des bonnes choses. C'est le cas de ce film d'action interminable qui réserve toutefois des séquences hallucinantes de beauté et de rigueur. ***

Rock'n roll: Guillaume Canet rit de son quotidien dans cette satire molle et quelconque, qui fait d'abord sourire avant de lasser. On aime bien Marion Cotillard... mais pas avec un affligeant accent québécois ou lors de son imitation de Céline Dion! **

Radius: Malgré une ingénieuse idée de départ, cette création de Caroline Labrèche et Steeve Leonard s'apparente à un mauvais épisode d'Au-delà du réel. L'interprétation y est rigide et les surprises qui ponctuent le script sont plus affligeantes qu'autre chose. En terme de film de genre, c'est le jour et la nuit avec Les affamés. *1/2

Film du jour: Little Women

De toutes les adaptations cinématographiques de Little Women, celle de 1949 de Mervyn LeRoy est certainement la plus jolie visuellement. Ce côté enchanteur sied à merveille au texte, assez près du livre original. Bien que l'ensemble demeure un peu trop démonstrateur, une belle humeur s'en dégage. L'interprétation d'ensemble y est d'ailleurs spontanée, et on peut même retrouver Janet Leigh et Elizabeth Taylor au sein de cette famille comme on les aime. ***1/2

jeudi 30 novembre 2017

Entrevue Dan Stevens (The Man Who Invented Christmas)

Héros de projets aussi différents que Downton Abbey, The Guest et Beauty and the Beast, Dan Stevens incarne dans The Man Who Invented Christmas le mythique romancier Charles Dickens. Je me suis entretenu avec l'acteur et mon entrevue se trouve dans les pages du journal Métro d'aujourd'hui.

Les meilleurs films de novembre 2017

Il ne reste qu'un petit mois avant la fin de 2017! Afin de ne rien oublier, voici les meilleurs films qui ont pris l'affiche au cinéma en novembre...

- Barbara
- Lady Bird
- The Killing of a Sacred Deer
- Petit paysan
- Three Bilboards Outside Ebbing, Missouri
- The Square
- Wonderstruck

Film du jour: Bigger Than Life

Vilipendé à son époque, Bigger Than Life de Nicholas Ray n'en demeure pas moins une parfaite radioscopie des années 50. Une satire de la famille nucléaire qui flirte avec l'horreur, alors que la construction méticuleuse multiplie les ombres menaçantes qui finissent par emporter un père sans histoire. Dans ce rôle délicat, James Mason livre une féroce prestation. Et quelle finale faussement satisfaisante! ****

mercredi 29 novembre 2017

Entrevue Jérémie Renier (L'amant double)

Pour la sortie de L'amant double, le dernier thriller de François Ozon, je me suis entretenu avec Jérémie Renier, qui incarne des frères jumeaux très particuliers. Mon entrevue se trouve dans les pages du journal Métro.

Film du jour: Down

Fort du succès de The Lift, le cinéaste Dick Maas assure lui-même le remake américain. Malgré une intrigue similaire (un ascenseur se met à assassiner des gens), le résultat est beaucoup moins heureux. La farce ne prend tout simplement pas et seuls les moments décapants arrivent à sortir momentanément le spectateur de sa torpeur. **

mardi 28 novembre 2017

Nouveautés dvd/blu-ray: Mes nuits feront écho, Harmonium, Logan Lucky, De père en flic 2, Woodshock, Tulip Fever, The Defiant Ones

Novembre se termine avec la sortie en dvd et en blu-ray de beaux films enchanteurs.

Mes nuits feront écho: C'est le cas de ce premier long métrage de Sophie Goyette qui est parsemé de grâce et de poésie. La pochette du disque y est superbe et on y retrouve même ses précédents courts métrages. ***1/2

Harmonium: C'est une déstabilisante oeuvre familiale qu'offre Koji Fukada, avec une surprise à mi-chemin qui sera difficile à oublier. ***1/2

Logan Lucky: Steven Soderbergh retourne au cinéma avec une création légère et satisfaisante sur l'Amérique de Trump. ***

De père en flic 2: Grand succès aux guichets, cette suite toujours signée Émile Gaudreault reprend la même formule gagnante sans rien proposer de nouveau. **1/2

Woodshock: Une superbe bande-annonce ne fait pas un bon film et les soeurs Mulleavy l'apprennent avec cette création prétentieuse et clinquante sous fond de drogue. **

Tulip Fever: L'ennui est fulgurant au sein de cet effort de Justin Chadwick qui aurait dû demeurer sur les tablettes au lieu de saboter son casting et son sujet prometteur. **

The Defiant Ones: Voilà une belle découverte que cette série documentaire en quatre épisodes qui explique une incroyable amitié musicale. Les têtes parlantes qui défilent sont souvent stupéfiantes.

Film du jour: The Lift

Un ascenseur qui tue des gens. L'idée peut paraître saugrenue. Mais le réalisateur hollandais Dick Maas a réussi avec The Lift à créer un film qui se tient. Entre satire et suspense horrifique, le long métrage enchante, surtout lors des moments plus sanglants qui feront hurler de bonheur. ***1/2

lundi 27 novembre 2017

Film du jour: Chimes at Midnight

Longtemps introuvable, Chimes at Midnight d'Orson Welles refait enfin surface, bénéficiant d'un traitement royal de la part de Criterion. On n'a plus de raison de manquer cette oeuvre colossale, complexe et souvent très drôle, qui emprunte à plein de textes de Shakespeare tout en créant une symbiose de l'oeuvre et de la vie de son créateur. Le long métrage très verbeux culmine à mi-chemin par une scène d'action foudroyante qui marquera au fer blanc la cinéphilie de tout un chacun. ****1/2

dimanche 26 novembre 2017

Les films préférés de... Jean-François Asselin

Prolifique réalisateur et scénariste à la télévision (Plan B et compagnie), Jean-François Asselin vient de se tourner vers le cinéma avec l'angoissante fable Nous sommes les autres. Je l'ai rencontré récemment (mon entrevue) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse...

« Annie Hall, assurément. Woman Under the Influence. À tout prendre de Claude Jutra. Je ne sais pas quoi d'autre... 

Dans les plus récents, The Killing of a Sacred Deer. J'aime beaucoup ce que fait Yorgos Lanthimos. Tout comme Paul Thomas Anderson. J'ai adoré Punch-Drunk Love, qui est un de ses films mineurs, pour sa mise en scène qui est très expressive. Il n'a pas peur que quand il y a deux personnages qui se rencontrent, il y a plein de figurants qui passent et la musique part.

Au Québec, Dolan ce qu'il fait, je trouve ça intéressant dans la fulgurance de ses émotions. Souvent il y a une vague de cinéma où tout doit être en retenu. J'aime ça quand du cinéma est du cinéma. Quand on provoque des affaires. »

Film du jour: The Last Detail

Le dernier film de Richard Linklater s'est beaucoup inspiré de The Last Detail, l'excellente comédie dramatique d'Hal Ashby sur le pèlerinage de deux marins qui doivent escorter un des leurs jusqu'en prison. Le ton doux amer est à la mélancolie ou à l'humour salace, alors que les répliques savoureuses ne flirtent pas avec le politically correct. Jack Nicholson y est comme toujours impérial. ****

samedi 25 novembre 2017

Film du jour: Thief of Bagdad

Disney n'a rien inventé avec Aladdin. On n'a qu'à retourner au fantastique Thief of Bagdad, qui porte irrémédiablement le sceau de son producteur Alexander Korda. De nombreux cinéastes ont travaillé sur cette oeuvre incroyable qui rivera sur leur siège petits et grands par la qualité de ses aventures, de ses mondes fabuleux et de ses personnages. Sourires garantis. ****

vendredi 24 novembre 2017

Sorties au cinéma: Lady Bird, Three Billboards Outside Ebbing Missouri, The Square, Last Flag Flying, Thelma, L'amant double, The Man Who Invented Christmas, Junior majeur

Ça sent les Oscars avec trois oeuvres au potentiel incroyable.

Lady Bird: Saoirse Ronan devrait être nommée pour sa performance inoubliable dans le premier long métrage de Greta Gerwig. Un grand petit film, hilarant et bouleversant, qui arrive à faire du neuf avec du vieux. ****

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri: Frances McDormand est également excellente dans le nouvel effort de Martin McDonagh (In Bruges), où elle campe une mère qui désire se venger. Le script est criant d'actualité et la distribution s'avère renversante. ***1/2 

The Square: Palme d'Or en mai dernier, cette comédie étrange de Ruben Östlund (Force majeure) décape avec intelligence. Il y a des moments vraiment extraordinaires, et d'autres un peu plus redondants qui ne trouvent guère leur place dans la trop longue durée de l'essai. ***1/2

Last Flag Flying: Richard Linklater propose ici une suite spirituelle au mémorable The Last Detail, remplaçant l'ironie par un drame terre-à-terre et patriotique. Steve Carell y est juste, quoique perdu dans une création un peu molle qui aurait pu être raccourcie. ***

Thelma: En mordant dans le drame fantastique, le doué Joachim Trier en retient l'atmosphère et la mise en scène soignée. Le scénario - qui reprend un peu n'importe comment l'essence de Carrie - déçoit toutefois par sa prévisibilité et ses métaphores appuyées. **1/2 

L'amant double: S'il semble bien s'amuser, le dernier François Ozon tourne rapidement à la vacuité. Faire une série B façon Cronenberg est une chose, la réussir en est une autre. Le talent des interprètes ne change rien à ça. **

The Man Who Invented Christmas: Il y a de belles idées dans ce conte et une performance magnétique de Christopher Plummer. La réalisation fade déçoit pourtant et le scénario n'est jamais suffisamment allumé pour croire en sa bonne étoile. **

Junior majeur: Plus dramatique que son prédécesseur, cette suite toujours signée avec efficacité par Éric Tessier croule sous les stéréotypes et les morales édifiantes. De quoi noyer la bête avant la fin. Qui sait, peut-être que le troisième tome (en cas de succès) sera le bon... **

Film du jour: Designing Woman

Lauren Bacall et Gregory Peck forment un fabuleux couple dépareillé dans Designing Woman de Vincente Minnelli, une satire cocasse sur la mode, le journalisme et ces classes sociales qui ne devraient pas se mélanger. Le scénario qui accumule les moments délirants multiplie habilement les voix hors champs, ce qui apporte un avantage non négligeable à cette agréable romance qui demeure tout de même assez prévisible. On embarque pour son charme, ses engueulades légendaires et ce chien fou qui passe son temps a sauter sur les gens! ***1/2

jeudi 23 novembre 2017

Entrevue Saoirse Ronan (Lady Bird)

Pour la sortie de l'extraordinaire film Lady Bird, j'ai pu discuter avec la non moins extraordinaire Saoirse Ronan, qui risque de se retrouver aux Oscars pour sa délicieuse performance. Mon entrevue se trouve dans les pages du journal Metro.

Film du jour: Les perles de la couronne

Savoureux de la première à la dernière image, Les perles de la couronne de Sacha Guitry est un tour de force cinématographique, retraçant plus de quatre siècles d'histoire et une centaine de personnages à l'aide d'un montage qui force l'admiration et en utilisant pas moins de trois langues (français, anglais et italien). Cela donne une production ludique, poétique et souvent très drôle, qui sait en mettre plein la vue et les oreilles malgré quelques passages à vide. ****

mercredi 22 novembre 2017

En attendant Junior majeur

Le très attendu film Junior majeur prend l'affiche demain et il risque de bien fonctionner au box-office québécois. Voici 5 aspects à surveiller afin de l'apprécier encore davantage.

Film du jour: Rikyu

Dernier grand film d'Hiroshi Teshigahara, Rikyu suit les relations troubles entre un puissant shogun et un grand maître de thé. Parfaitement structuré et découpé, le récit d'une beauté austère s'avère particulièrement immersif alors que son rythme lent appelle la contemplation la plus totale. Il faut se laisser porter par le flot d'images et de ne pas résister, ce qui permettra le voyage le plus total. ****  

mardi 21 novembre 2017

Entrevue Don Hahn

Producteur émérite qui a notamment oeuvré sur Beauty and the Beast et The Lion King, Don Hahn est en discussion ce soir au Centre Phi. J'ai pu lui piquer un brin de jasette quelques jours avant sa première visite à Montréal. Mon entrevue se trouve dans les pages du journal Metro.

Nouveautés Blu-ray/dvd: Funeral Parade of Roses, Good Time, Beach Rats, The Villainess, Valerian and the City of a Thousand Planets, Churchill, The Hitman's Bodyguard, Birth of the Dragon,

Plein de belles choses prennent l'affiche cette semaine en format dvd et blu-ray...

Funeral Parade of Roses: Ce trésor oublié de la nouvelle vague japonaise des années 60 est une pièce de référence pour les amateurs de Godard, Oshima et A Clockwork Orange. ****

Good Time: Robert Pattinson crève l'écran dans l'opus le plus maîtrisé des frères Safdie. Et quelle trame sonore! ***1/2

Beach Rats: Une rare sensibilité ressort de ce drame d'Eliza Hittman, qui exploite finement les décors nocturnes de Coney Island. ***1/2

The Villainess: L'histoire est sans intérêt, mais les scènes d'action de ce thriller de Jung Byung-gil sont à couper le souffle! ***

Valerian and the City of a Thousand Planets: Enfin un bon long métrage pour Luc Besson, qui se fait plaisir en adaptant un rêve de jeunesse. ***

Churchill: Ce téléfilm sur un homme important fait de la peine à voir tant il passe souvent à côté de l'essentiel. **

The Hitman's Bodyguard: Même si on aime d'amour Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson, difficile d'être amusé ou diverti par cette «comédie» d'action routinière au possible. **

Birth of a Dragon: Comment la vie si trépidante de Bruce Lee a pu donner une oeuvre aussi fade et quelconque? C'est carrément un exploit! *1/2 

Film du jour: Pygmalion

Bien avant My Fair Lady il y a eu Pygmalion d'Anthony Asquith et Leslie Howard, l'adaptation d'une pièce de théâtre qui était elle-même inspirée d'un mythe grec. Sans renier ses origines, le long métrage enchante par ses dialogues truculents et ses interprètes enjoués. L'ensemble a peut-être vieilli, ce qui ne l'empêche pas de poser des questions probantes sur les classes sociales. ***1/2

lundi 20 novembre 2017

Film du jour: Ex Libris

Présenté hier soir à guichets fermés dans le cadre des RIDM, Ex Libris est le dernier documentaire fleuve de Frederick Wiseman. Une oeuvre féconde de plus de trois heures sur la New York Public Library et, surtout, sur le savoir. Inspirant au possible, le long métrage capte merveilleusement son sujet, intégrant à sa riche réflexion de fabuleux intervenants. ****

dimanche 19 novembre 2017

Les films préférés de... Todd Haynes

Cinéaste émérite qui a son lot de grandes fresques à son actif (Carol, I'm Not There, Far From Heaven, Safe), le cinéaste et scénariste américain Todd Haynes (Velvet Goldmine, Poison) vient tout juste de réaliser Wonderstruck. Je l'ai rencontré pour la sortie de ce conte (mon entrevue) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse...

« C'est une question cruelle. Un film préféré n'existe pas. Il y a tellement de variables qui entrent en ligne de compte, comme ton état d'esprit et le moment de la journée. C'est comme si on te demandait QUI ES TU? à chaque instant et que tu vas toujours répondre la même chose. Ta réponse va changer tout le temps. Au moment où l'on se parle, mon réalisateur préféré est Hitchcock. Sa maîtrise artistique et ses innovations étaient incroyables, totales. Tout ce qu'il a pu apporter au cinéma, autant sur le plan technique et dans sa façon de traiter ses thèmes fétiches. Il y a quelque chose de limpide, qui se suit dans sa démarche. Un style qui a su évoluer au fil des décennies. »

Film du jour: Brimstone & Glory (RIDM)

Ce n'est pas tant le festival pyrotechnique de Tultepec qui est est intéressant dans Brimstone & Glory de Viktor Jakovleski ou son importance culturelle, mais bien le soin esthétique apporté à ce spectaculaire documentaire. Lorsque la machine s’enflamme, on a droit à une réalisation d'enfer, des images flamboyantes et une trame sonore démoniaque. De quoi s'envoler pour assister en direct à la prochaine séance. ***