mercredi 20 février 2019

Film du jour: Robin Hood

À l'ère des super-héros, il était légitime de voir Robin Hood resurgir. (Séville)

C'est quoi? Ayant tout perdu lors des croisades, le jeune Robin décide d'aider son peuple à se relever d'impôts trop lourds.

C'est comment? Les liens avec l'actualité (Brexit, conflits mondialisés, etc.) sont toujours intéressants.

Et pourtant? Rien ne fonctionne dans cette adaptation poussive et ridicule, ensevelie sous une horde de combats et d'effets spéciaux. Le scénario ne fait que recycler un épisode de Batman et les choix vestimentaires laissent grandement à désirer.

Techniquement? La palette de couleurs est particulièrement soignée et la trame sonore de Joseph Trapanese s'avère potable, quoique peu inspirée.

Suppléments? On retrouve sur cette édition six scènes supprimées plus ou moins nécessaires, un bêtisier qui fait à peine sourire et un convenable documentaire d'une heure qui revient notamment sur la genèse du projet, sa distribution, ses cascades et ses sélections musicales.

Au final? Il n'y a rien à prendre au sérieux dans cette production sans véritable personnalité, ouverte pour accueillir un maximum de suites. Mieux vaut revoir le King Arthur de Guy Ritchie, qui était arrivé, lui, à relancer une mythique franchise.

mardi 19 février 2019

Film du jour: A Star is Born (2018)

Pour sa première réalisation, Bradley Cooper offre une énième variation de A Star is Born. (Warner)

C'est quoi? Un chanteur populaire lance la carrière d'une jeune femme.

C'est comment? Lady Gaga pétille dans ce rôle et la première heure s'avère assez irrésistible...


Et pourtant? ... ce n'est pas le cas de la seconde, pétrie de clichés. Cooper en fait des tonnes en musicien pourchassé par ses démons et sa mise en scène, acceptable, aurait pu être bien pu relevée.

Techniquement? La musique est à l'honneur et cela se fait ressentir par le soin accordé aux  puissantes enceintes.

Suppléments? Cette édition comprend un blu-ray, un dvd et une copie numérique. En plus d'un potable documentaire de 30 minutes sur le tournage, on retrouve comme bonus des vidéoclips, des pièces inédites et la possibilité d'accéder à tous les numéros musicaux.

Au final? Meilleure que la version avec Barbara Streisand, ce quatrième tour de piste s'avère bien pâle devant les deux premiers. C'est surprenant qu'un long métrage aussi «ordinaire» ait décroché autant de nominations aux Oscars. Mais dans un registre similaire, c'est nettement supérieur à Bohemian Rhapsody

lundi 18 février 2019

Les salopes ou le sucre nature de la peau (dvd)

La cinéaste Renée Beaulieu ose tout dans Les salopes ou le sucre naturel de la peau. (Filmoption International/TVA Films)

C'est quoi? Une mère de famille multiplie les expériences dans le cadre d'une nouvelle recherche scientifique.

C'est comment? Enfin un film qui aborde le désir féminin sans mettre de gant blanc! Brigitte Poupart est extraordinaire dans le rôle principal et la mise en scène fait beaucoup avec peu.

Et pourtant? Le traitement érotique et intellectuel pourra en mettre quelques-un(e)s mal à l'aise.

Techniquement? La musique tribale ressort convenablement et un grand soin a été apporté aux images.

Suppléments? Un documentaire sur le tournage propose cinq capsules - «L'âge et la sexualité», «Ce que femme veut», «#metoo», «Le désir de la femme», «Salope et le masculin» - beaucoup trop courtes et superficielles. Une piste de commentaires aurait été la bienvenue.

Au final? Il s'agit probablement du meilleur film québécois francophone de fiction de la cuvée 2018. Un électrochoc à ne pas manquer.

Ma critique

Mon entrevue avec la réalisatrice

Film du jour: Overlord

J.J. Abrams est le producteur de Overlord, un film d'action atypique. (Paramount)

C'est quoi? Lors du débarquement de Normandie, des parachutistes américains affrontent des nazis très spéciaux.

C'est comment? À la fois drame de guerre et suspense horrifique, ce long métrage fonctionne grâce à sa technique soignée. Mention spéciale à l'intense scène de parachute au début, qui évoque Dunkirk.

Et pourtant? Le point de saturation est rapidement atteint et l'interprétation ne brille pas par sa subtilité. En fait, le scénario est loin d'être aussi rafraîchissant qu'escompté.

Techniquement? Tout est spectaculaire, autant les couleurs nuancées, les contrastes utilisés et les pistes sonores élaborées.

Suppléments? Cette édition comprend un blu-ray, un dvd et une copie numérique. Les bonus sont constitués de six documentaires (sur l'idée originale, les personnages, les scènes dans les airs, sur terre et sous-terre, etc.) totalisant 52 minutes d'intéressantes informations.

Au final? On s'accroche en oubliant son quotidien. S'il n'y a rien d'inédit ou de nécessaire, l'expérience s'avère généralement divertissante.

dimanche 17 février 2019

Les films préférés de... Guy Édoin

Des ses courts métrages remarqués à Ville-Marie où il filmait magnifiquement Monica Bellucci, en passant par son superbe Marécages, Guy Édoin s'est rapidement imposé sur la scène québécoise. Lors de la sortie de son nouveau film Malek (mon entrevue), je lui ai demandé quels étaient ses films préférés...

« Days of Heaven de Terrence Malick a été fondamental pour moi. C'est un film qui a été fondateur dans une imaginerie, dans la direction photo, la mise en scène. Interiors de Woody Allen est un film que je reviens souvent. Je dirais aussi tout d'Antonioni. Mais de là à en citer... Les jambes de Jeanne Moreau dans La Notte, hmmm! Sinon L'aventurra ça été un choc esthétique. Je pourrais aussi nommer des Bergman. Il y a tellement de films! »

Film du jour: Willow Springs

Souvent relégué dans l'ombre des Fassbinder, Wenders et Herzog, Werner Schroeter a grandement contribué à enrichir la Nouvelle vague allemande. Son oeuvre la plus fascinante est sans aucun doute Willow Spring, ce rêvé féministe éveillé qui se déroule dans le désert de Mojave et qui offre des images plastiques d'une beauté inouïe. Un opus insaisissable que l'on pourra voir ou revoir au Cinéma du Parc. ****

samedi 16 février 2019

Sorties au cinéma: Song of Granite, Pupille, Répertoire des villes disparues, Alita: Battle Angel, Artic, Astérix - Le secret de la potion magique

Il y a plusieurs nouveautés intéressantes cette semaine au cinéma afin d'oublier la neige et le froid.

Song of Granite: Cet incroyable biopic en noir et blanc de Pat Collins sur le chanteur irlandais Joe Heaney brouille avec délectation les genres, tentant de palper l'âme d'un homme et de son pays. Comme si Tarkovski faisait d'I'm Not There une prière. ****

Pupille: L'émotion coule à flot dans ce drame de Jeanne Herry sur l'adoption, où d'excellents comédiens font toute la différence. Évidemment, tout est une question d'être touché ou pas. ***1/2

Répertoire des villes disparues: Denis Côté retrouve l'énergie des beaux jours avec cette parabole fantastique sur le deuil et l'immigration. Sans être du même calibre que Les affamés, il y a suffisamment de matière intéressante pour qu'on résiste au rythme, un peu léthargique. ***1/2

Alita: Battle Angel: On s'attendait au pire de ce manga adapté au grand écran par James Cameron (production, scénario) et Robert Rodriguez (réalisation). Surprise! Les effets spéciaux et les scènes d'action décoiffent. Un bon divertissement, malgré une seconde partie moins convaincante. ***

Artic: On l'a déjà vu 1000 fois ce film de survie, qui se termine d'une façon totalement ridicule. Reste que la mise en scène de Joe Penna demeure efficace et que Mads Mikkelsen se dédie entièrement à la cause. ***

Astérix - Le secret de la potion magique: Supérieur au précédent épisode en 3D, ce dessin animé à nouveau signé Louis Clichy et Alexandre Astier amusera petits et grands avec ses références et ses clins d'oeil. Cela demeure toutefois très léger et oubliable. ***