lundi 20 janvier 2020

Film du jour: De toutes nos forces

Oeuvrant dans l'ombre de son célèbre père, Nils Tavernier propose avec De toutes nos forces (2013) un mélo imbuvable, un drame sentimental tellement appuyé et manipulateur qu'il en devient grotesque. Pauvre Jacques Gamblin qui se ridiculise au passage! Au moins le duo a pu se reprendre avec le beaucoup plus émouvant L'incroyable histoire du facteur cheval. *1/2

dimanche 19 janvier 2020

Les films préférés de... Ladj Ly

Ladj Ly s'est fait un nom à Cannes en mai dernier avec son brûlot Les misérables, qui remporté le prestigieux Prix du Jury. J'ai pu lui parler pour l'occasion (mon entrevue) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Il m'a répondu avec des réalisateurs.

« Si je n'ai qu'à citer un nom, ça serait Costa-Gavras. J'aime également beaucoup le travail de Depardon, tout comme celui de Jacques Audiard. Spike Lee demeure une référence quoiqu'il arrive, Michael Mann pareil. »

Film du jour: Missbehavior

Capable du meilleur comme du pire, Pang Ho-cheung propose avec Missbehavior une comédie absurde et disjonctée sur des femmes qui sont à la recherche de lait maternel! Doté d'un rythme dynamique et d'interprètes colorés, le récit ne lève pourtant jamais tant les séances d'improvisations tombent à l'eau et que l'humour fait rarement mouche. **1/2

samedi 18 janvier 2020

Sorties au cinéma: Clemency, L.A. Tea Time, Dieu existe son nom est Petrunya, Cunningham, Les hirondelles de Kaboul

C'est une autre sublime semaine de cinéma que proposent les plus récentes sorties au cinéma.

Clemency: Cela commence avec ce formidable film de prison de Chinonye Chukwu, qui offre un immense rôle à l'actrice Alfre Woodard. La conclusion incendiaire et pleine d'humanité mérite à elle seule le prix d'entrée. ****

L.A. Tea Time: Après Claire l'hiver, Sophie Bédard Marcotte prouve qu'elle est la cinéaste la plus originale de notre cinématographie, revenant avec un nouvel ovni irrésistible qui évoque Miranda July et Chantal Akerman. ***1/2

Dieu existe, son nom est Petrunya: Rare création issue de la Macédoine, cette chronique forte en gueule de Teona Strugar Mitevska qui passe habilement de la satire au drame pourfend le pouvoir (masculin, religieux, médiatique) en présentant une héroïne hors du commun. ***1/2

Cunningham: Se tenant loin du traditionnel défilé des têtes parlantes, ce documentaire vivifiant d'Alla Kovgan présente la démarche du grand chorégraphe en mettant justement à l'avant ses  magnifiques créations. Et pour une fois que la trois dimensions sert réellement à quelque chose. ***1/2

Les hirondelles de Kaboul: Cette prenante adaptation du roman de Yasmina Khadra par Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec élève un récit quelque peu didactique par son animation poétique qui donne une légitimité à l'ensemble. ***

Film du jour: They Shall Not Grow Old

Colorier des archives de la Première Guerre mondiale afin de les rendre plus accessibles à la nouvelle génération. L'idée derrière They Shall Not Grow Old est intrigante (quoique moralement, c'est une autre histoire) et Peter Jackson rappelle tout son savoir-faire technique. Les néophytes n'y verront que du feu... alors que les autres n'apprendront absolument rien de nouveau à ce conflit largement documenté. ***

vendredi 17 janvier 2020

Entrevue Clemency

Tous les films de prison sur les couloirs de la mort se ressemblent? Alors vous n'avez pas vu Clemency, qui prend l'affiche aujourd'hui au Québec. J'ai pu discuter avec sa réalisatrice Chinonye Chukwu et mon entrevue se trouve dans les pages du journal Métro du jour.

Film du jour: After

Lorgnant à la fois vers Pride and Prejudice et les Liaisons dangereuses, cette adaptation de Jenny Gage d'un livre à succès s'avère une bluette imbuvable et extrêmement kitsch où de très mauvais acteurs (hormis peut-être Josephine Langford) ne font que se languir pendant près deux heures, alors que le moindre de leurs sentiments est exacerbé par une mélodie populaire sucrée. Un véritable supplice qui fait souvent hurler de rire tant le ridicule prend toute la place. Ce qu'on a hâte à la suite... *1/2