jeudi 18 décembre 2014

Film du jour: All That Heaven Allows

Au rayon des meilleurs mélodrames du septième art, on oublie trop souvent le magnifique All That Heaven Allows de Douglas Sirk. Entre récit kitsch et fresque incontestable, il n'y a parfois qu'un pas que franchit allègrement ce superbe récit qui raconte une histoire d'amour impossible entre une veuve d'une classe sociale aisée et un homme plus jeune qu'elle qui ne pense qu'à s'isoler dans la nature. Les leçons sociales, subtilement pénétrantes, offrent des dialogues acerbes et une finale faussement positive. On rajoute à cela une horde de métaphores, une photographie magnifiquement colorée et des interprètes au sommet de leur talent et on obtient un véritable classique du genre. ****1/2

mercredi 17 décembre 2014

Film du jour: Osaka Elegy

Mélo féministe sur une femme qui se sacrifie pour éponger la dette de son père, Osaka Elegy de Kenji Mizoguchi est révélateur de son époque (1936), pas pour les aspects techniques (le noir et blanc est superbe et le montage très élaboré) mais pour les conditions dans lesquelles évoluent les personnages. L'intrigue, un brin éparpillée, atteint heureusement l'équilibre avant la fin, enrageant le spectateur, lui faisant pourtant croire d'un avenir meilleur pour la protagoniste lors d'une superbe scène finale. ***1/2

mardi 16 décembre 2014

Nouveautés en DVD : The Immigrant, Magic in the Moonlight, This is Where I Leave You, Maïna, Horns, Dans sa bulle, Supercondriaque, Agent Hamilton 2

Deux grands cinéastes américains s'affrontent cette semaine, entre deux tonnes de navets et une comédie louable.

Poursuivant un parcours sans faute, James Gray signe avec The Immigrant une fresque ambitieuse sur l'Amérique. Ce n'est pas son meilleur film, mais certainement son plus beau. ***1/2

Woody Allen se la joue à nouveau ludique dans Magic in the Moonlight, une comédie spirituelle sur un magicien et une jolie demoiselle. C'est gentil, cocasse et complètement oubliable. ***

Le deuil peut être source de rapprochement familial. C'est le postulat qui ressort du sympathique This is Where I Leave You de Shawn Levy, qui peut compter sur de très bons comédiens. ***

Un sujet fort (un conte inspiré de légendes amérindiennes) pour un traitement qui laisse à désirer et qui tend vers le téléfilm. C'est ce que propose le Maïna de Michel Poulette. **1/2

Comédie d'horreur qui n'est ni drôle ni effrayante, Horns d'Alexandre Aja s'apparente à du gros n'importe quoi. Mais qu'est-ce que Daniel Radcliffe est venu faire dans ce Twin Peaks des pauvres? **

Long métrage français parsemé de clichés et de personnages stéréotypés, Dans sa bulle de Pierre-Loup Rajot explore l'éternel triangle amoureux, cette fois en copiant Truffaut et Mouret. **

Dany Boon a déjà eu du talent devant et derrière la caméra. Cela fait longtemps, surtout si on se fie au navrant Supercondriaque qui insulte l'intelligence du spectateur. **

Croisement entre un ersatz de Jason Bourne et une version cheap de Taken (qui était déjà une production risible), Agent Hamilton 2 de Tobias Falk est un clone sans personnalité ni intérêt. À éviter. *1/2

Film du jour: Tootsie

Tootsie de Sidney Pollack qui débarque en Criterion, c'est la possibilité de voir une des meilleures comédies américaines avec la meilleure qualité d'image et de son et une tonne de suppléments. Cette histoire d'homme qui se déguise en femme pour réussir n'a pas pris une ride et on continue à être épaté par la prestation incroyable de Dustin Hoffman et tous ces gags qui font toujours mouche. ****

lundi 15 décembre 2014

Film du jour: Chaotic Ana

Il y a un vent de fraîcheur et de liberté dans Chaotic Ana de Julio Medem, un film intriguant sur une jeune femme mystérieuse à l'imagination fertile qui a un fort pouvoir de séduction. La protaganiste fascine allègrement, au même titre que les images et le ton adopté. Il ne se passe peut-être pas grand chose et les nombreuses pistes proposées ne sont pas toutes explorés. Sauf que l'ensemble est suffisamment original pour que l'on veuille s'y plonger. ***

dimanche 14 décembre 2014

Film du jour: The Match Factory Girl

L'aliénation de la société revue et corrigée par Aki Kaurismäki. C'est la prémisse de The Match Factory Girl, un mélo très noir et sarcastique sur une jeune travailleuse qui va de déception en déception, avant de prendre les moyens - illégaux - pour trouver un peu de quiétude. Le ton déprimant est sans cesse contrebalancé par des farces qui détonnent et l'interprétation parfaitement dans l'ordre des choses est en pleine symbiose avec la mise en scène terre-à-terre. De quoi en ressortir complètement déstabilisé. ****

samedi 13 décembre 2014

Film du jour: Ariel

Aki Kaurismäki aura rarement été aussi cinglant que dans Ariel, ce conte réaliste sur un travailleur qui tente de changer de vie. L'humour est noir, les situations tordues, le rythme sans faux pas et devant l'absurdité de l'existence, il y a sans cesse ce désir de croire en l'avenir. Un ton tout indiqué que vient seconder la mise en scène subtile et l'interprétation toujours harmonieuse. ****