samedi 28 février 2015

Entrevues Autrui

Pour la sortie de Autrui, le nouveau film de Micheline Lanctôt où Robin Aubert incarne un sans-abri qui arrive à entrer en relation avec une jeune fille solitaire et naïve, je me suis entretenu avec la réalisatrice et l'acteur.

Mes entrevues se trouvent dans les pages du Journal Métro.

Film du jour: Journal d'un curé de campagne

Pour s'élever en cette dernière journée de février, il n'y a rien de mieux que Journal d'un curé de campagne, le premier véritable chef-d'oeuvre de Robert Bresson. Récit sobre, dépouillé et exemplaire sur les tourments d'un jeune homme qui tente d'aider les autres en ne prenant pas soin de lui, cet opus parfaitement maîtrisé est une grande leçon de cinéma, mettant son art au service de dialogues magnifiques qui questionnent notre rapport au sacré. Envoûtant, mystérieux et mystique. *****

vendredi 27 février 2015

Sorties au cinéma : Gett – Le procès de Viviane Amsalem, Red Army, Les loups, Tokyo Fiancée, Une chaise pour un ange, Terre des ours, The Lazarus Effect, Playing it Cool, Autrui, Un prof pas comme les autres, After the Ball

Mis à part le traditionnel gros film populaire américain (Focus avec Will Smith), j'ai vu toutes les autres sorties au cinéma de la semaine. Qu'est-ce qu'on évite? Qu'est-ce qu'on va voir? Allons voir ça...

Il y a tout d'abord Gett - Le procès de Viviane Amsalem de Shlomi et Ronit Elkabetz, ce brillant suspense sur une femme qui tente de convaincre des rabbins de lui accorder le divorce de son mari. C'est réalisé avec brio, magnifiquement interprété et tiré d'un article de loi véridique. ***1/2

Plus divertissant est Red Army de Gabe Polsky, ce très bon suspense sur la mythique équipe de hockey soviétique des années 70 et 80. Même si on n'est pas friand de sport, le cours d'histoire et de politique vaut le détour, tout comme la qualité des intervenants et les touches d'humour déployées. ***1/2

Après son excellent Les signes vitaux, Sophie Deraspe continue à parler de la nature, de la solitude, des liens à créer avec les autres et du passage de la vie à la mort avec Les loups, une chronique tout à fait recommandable sur une mystérieuse femme qui est de passage aux Iles de la Madeleine. ***1/2

Tokyo Fiancée de Stefan Liberski aimerait bien être le nouveau Amélie Poulain. Même s'il n'y arrive pas, il s'agit tout de même d'un long métrage mignon comme tout et très sympathique sur une jeune femme qui retourne au Japon pour se trouver. ***

Joli documentaire qui porte sur la communauté religieuse des Shakers et son influence sur l'art, Une chaise pour un ange de Raymond St-Jean pique rapidement la curiosité, offrant une photographie soignée et un rythme méditatif. Le propos tend toutefois à s'épuiser un peu avant la fin. ***

Narré par Marion Cotillard, Terre des ours de Guillaume Vincent est un joli documentaire sur ces bêtes sauvages qui tentent de survivre en Sibérie. Les images sont magnifiques, sauf qu'on n'en apprend pas tellement plus que dans les autres essais du même genre. ***

Série B qui reprend une prémisse éprouvée (trouver une cure à la mort), The Lazarus Effect de David Gelb intéresse généralement malgré son manque de frissons, de surprises et un dernier tiers complètement tiré par les cheveux. **1/2

Un scénariste qui ne croît pas à l'amour doit écrire une comédie romantique... Beaucoup de problèmes à prévoir dans Playing it Cool de Justin Reardon, une production qui sent la formule mais dont les personnages cocasses arrivent presque à faire avaler la pilule. Presque. **1/2

Micheline Lanctôt parle des liens que l'on fait avec les autres dans Autrui, un effort bien intentionné mais terriblement maladroit, dont la crédibilité prend le bord plus souvent qu'autrement. C'est ce qu'on appelle une très amère déception. **

Énorme succès en Allemagne, Un prof pas comme les autres de Bora Dagtekin est une farce lourde et agressante sur un malfrat sorti de prison qui s'improvise éducateur pour trouver une large somme d'argent, finissant par inspirer des élèves en difficulté. Ça ne vole pas très haut. **

Sorte de croisement entre Cendrillon et Madame Doubtfire, After the Ball de Sean Garrity est une romance ridicule et mal filmée qui ne bénéficie d'aucune situation intéressante pour l'élever au-dessus de l'échec. Mieux vaut attendre la version de Kenneth Branagh qui prend l'affiche la semaine prochaine... *1/2

Film du jour: Le temps retrouvé

Adapter À la recherche du temps perdu de Proust est impossible. Raoul Ruiz y parvient pourtant avec Le temps retrouvé, où il s'intéresse à l'oeuvre, à son auteur et au cinéma, créant une oeuvre labyrinthique qui superpose le passé et le présent, le rêve et les souvenirs. Tout de la mise en scène faste à la superbe distribution font de cet opus un objet à chérir et à revoir le plus souvent possible afin de saisir ses nombreuses subtilités. Un véritable tour de force. ****

jeudi 26 février 2015

Film du jour: La prise de pouvoir par Louis XIV

Personne n'aurait pu passer du néoréalisme italien au téléfilm à costumes, si ce n'est Roberto Rossellini. avec La prise de pouvoir par Louis XIV. Très crédible et intéressant sans tomber dans le biopic de bas étage, ce drame circonscrit sur le décès du cardinal Mazarin et l'ascension du Roi-Soleil étonne par son modernisme et ses jeux de coulisses. ****

mercredi 25 février 2015

Ce qu'il faut savoir sur Les loups

En attendant ma critique et mes entrevues, voici ce qu'il faut savoir sur le très bon film Les loups de Sophie Deraspe, qui prend l'affiche ce vendredi. Ça donne le goût d'y retourner!

Mon texte sur le sujet se trouve sur le site de Cineplex.

Film du jour: Satyricon

Maintenant disponible dans le précieux catalogue de Criterion, Satyricon est facilement le film le plus fou et le plus tordu de Fellini, qui se prend pour Pasolini le temps d'une errance de plus de deux heures au royaume de la luxure et de la torture. Librement inspiré du classique de Petrone, ce délire visuellement éblouissant s'apparente à un long rêve fascinant et hypnotisant qui hantera l'existence de nombreux cinéphiles. ****1/2