dimanche 19 novembre 2017

Les films préférés de... Todd Haynes

Cinéaste émérite qui a son lot de grandes fresques à son actif (Carol, I'm Not There, Far From Heaven, Safe), le cinéaste et scénariste américain Todd Haynes (Velvet Goldmine, Poison) vient tout juste de réaliser Wonderstruck. Je l'ai rencontré pour la sortie de ce conte (mon entrevue) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse...

« C'est une question cruelle. Un film préféré n'existe pas. Il y a tellement de variables qui entrent en ligne de compte, comme ton état d'esprit et le moment de la journée. C'est comme si on te demandait QUI EST TU? à chaque instant et que tu vas toujours répondre la même chose. Ta réponse va changer tout le temps. Au moment où l'on se parle, mon réalisateur préféré est Hitchcock. Sa maîtrise artistique et ses innovations étaient incroyables, totales. Tout ce qu'il a pu apporter au cinéma, autant sur le plan technique et dans sa façon de traiter ses thèmes fétiches. Il y a quelque chose de limpide, qui se suit dans sa démarche. Un style qui a su évoluer au fil des décennies. »

Film du jour: Brimstone & Glory (RIDM)

Ce n'est pas tant le festival pyrotechnique de Tultepec qui est est intéressant dans Brimstone & Glory de Viktor Jakovleski ou son importance culturelle, mais bien le soin esthétique apporté à ce spectaculaire documentaire. Lorsque la machine s’enflamme, on a droit à une réalisation d'enfer, des images flamboyantes et une trame sonore démoniaque. De quoi s'envoler pour assister en direct à la prochaine séance. ***

samedi 18 novembre 2017

Sorties au cinéma: Paradis, Les dépossédés, Le fidèle, Crise R.H., Justice League, Y'est où le paradis?

C'est un retour à la normale au sein des sorties au cinéma après l'extase de la semaine dernière.

Paradis: Deuxième film d'Andreï Kontchalovski à prendre l'affiche cette année au Québec, ce drame qui montre les horreurs de la Seconde Guerre mondiale captive - quels comédiens! - lors de ses séquences pseudo documentaires mais ne convainc pas totalement lors des séances narratives de pure fiction. Le problème de Rivette devant Kapo et les films sur l'Holocauste se pose toujours. Qu'est-ce qu'on montre? Qu'est-ce qu'on laisse en hors champs? La photographie en noir est blanc est si majestueuse que le metteur en scène finit par magnifier la réalité, ce qui est un grave problème dans ce cas-ci. ***

Les dépossédés: Le cinéaste Mathieu Roy s'intéresse au fléau de l'agriculture industrielle à travers ce documentaire intéressant quoiqu'un peu redondant séparé entre une horde d'éclairantes têtes parlantes et des gens en action dans leur métier. Il existe une version d'exploitation de 78 minutes et celle du réalisateur qui dépasse trois heures! ***

Le fidèle: Dans la lignée du cinéma de Michael Mann et de James Gray, le nouveau Michaël R. Roskam (Bullhead) propose une nouvelle tragédie très maîtrisée et campée habilement, mais qui croule sous les clichés, le sentimentalisme, les redondances et les invraisemblances. **1/2

Crise R.H.: Malgré de bons interprètes et une mise en scène de qualité de Nicolas Silhol, il est plutôt difficile d'embarquer dans ce projet social où une prise de conscience tardive et simpliste arrive à une femme dont le métier est de mettre des gens au chômage. Pauvre petite bourgeoise qui découvre enfin le monde qui l'entoure... **1/2

Justice League: Meilleur que Batman V. Superman et Suicide Squad mais inférieur à Wonder Woman, cette nouvelle superproduction de Zach Snyder ressemble à une copie des Avengers. Au moins il y a suffisamment d'humour et d'action spectaculaire afin de ne pas trop décrocher. **1/2

Y'est où le paradis?: Il y a de belles intentions dans ce conte de Denis Langlois, des images inspirantes et des acteurs touchants. Le récit s'enlise toutefois à mi-chemin et l'intérêt fond comme neige au soleil. **

Film du jour: Caniba (RIDM)

Il y a des documentaires impossibles à oublier. C'est le cas de Caniba, où les réalisateurs de l'immense Leviathan (Lucient Castaing-Taylor et Véréna Paravel) s'intéressent à un véritable cannibale! Filmé au plus près dans un espace clos abstrait qui rend claustrophobe, ce documentaire  tordu ponctué de malaises a tôt fait de déstabiliser par sa plongée totale dans la folie et les démons humains. On n'en ressortira pas indemne. ****

vendredi 17 novembre 2017

Entrevue Adèle Exarchopoulos (Le fidèle)

Depuis La vie d'Adèle, Adèle Exarchopoulos mène une carrière plus qu'enviable. On la retrouve cette semaine dans le drame romantique Le fidèle où elle fait tourner la tête au viril Matthias Schoenaerts. Mon entrevue avec l'actrice se trouve dans les pages du journal Métro.

Film du jour: Communion (RIDM)

Face à une mère absente, un père dépassé par les événements et un frère autiste, Ola, 14 ans, doit prendre en charge le sort de sa famille. C'est un sensible documentaire que propose Anna Zamecka avec Communion qui traite de la vive métamorphose de l'enfance à l'âge adulte à travers un portrait sans fioriture ni sentimentaliste d'une âme aguerrie. ***1/2

jeudi 16 novembre 2017

Film du jour: Los territorios (RIDM)

Le cinéaste Ivan Granovsky se prend pour Nanni Moretti sur Los territorios, une docu-fiction sur son désir de réaliser des reportages sur des conflits mondiaux. La leçon journalistique, assez ténue malgré la rencontre d'intervenants fascinants, est surtout un prétexte pour mettre en scène son créateur qui cherche sa place dans l'univers. Si l'exposé ne manque pas d'humour, il se révèle rapidement limité et narcissique. **1/2