samedi 26 juillet 2014

Film du jour: Puzzle (Fantasia)

L'intimidation scolaire et la vengeance sont les thèmes de nombreux films cette année à Fantasia. Le plus jouissif du lot est certainement Puzzle d'Eisuke Naito, une sorte de Saw réalisé par Sion Sono où un sadique s'amuse à semer la zizanie dans son école et son village. Gore à souhait, tordant et franchement immoral, ce long métrage qui fait mal possède des séquences d'une rare intensité sans s'avérer pour autant une simple farce vide et provocatrice. À essayer si vous en avez le courage. ***1/2

vendredi 25 juillet 2014

Entrevue La gang des hors-la-loi

Pour la sortie de La gang des hors-la-loi, le 24e films des Contes pour tous, j'ai pu m'entretenir avec le producteur Rock Demers qui est l'homme derrière cette mythique série qui a fait rêver tant de jeunes.

Mon entretien se trouve dans les pages du Journal Métro.

Film du jour: Sweet Poolside (Fantasia)

Film assez original sur la jeunesse et les premiers amours, Sweet Poolside de Daigo Matsui met en scène un adolescent qui a hâte d'avoir du poil et une camarade de natation qui elle, en a trop. À partir de cette prémisse farfelue, le cinéaste dresse un beau portrait de cet âge ingrat qui ne manque pas de romantisme, de sensibilité et même d'érotisme (les séances de rasage). Le symbolisme vient cependant alourdir le tout et l'ensemble tend à se perdre un peu dans ses longueurs et ses répétitions. À Fantasia aujourd'hui. ***

jeudi 24 juillet 2014

Le volcan: au diable les vacances!

Pour la sortie du film français Le volcan, qui plonge Dany Boon dans une course contre la montre face à son ex afin d'arriver à temps au mariage de sa fille, j'ai contacté un petit palmarès de longs métrages à voir afin de ne pas bousiller ses vacances.

Mon texte se trouve sur le site électronique de Cineplex.

Film du jour: The Infinite Man (Fantasia)

Diffusé hier et représenté demain à Fantasia, The Infinite Man de Hugh Sullivan propose un drôle de voyage dans le temps: afin de reconquérir son amoureuse, un homme revit constamment la même journée, créant au passage des doubles qui eux aussi, cherchent à retourner dans le temps! Cet objet ludique, absurde et romantique ne manque pas de symboles et de situations cocasses pour mettre de bonne humeur. Le concept s'épuise rapidement et l'ensemble n'est pas très profond, mais il n'a aucun problème à divertir. ***

mercredi 23 juillet 2014

Film du jour: Han Gong-ju (Fantasia)

Présenté ce jeudi à Fantasia, Han Gong-ju est un superbe premier film de la part de Lee Su-jin, qui suit une mystérieuse adolescente qui cherche à fuir son passé. Très maîtrisé autant dans l'écriture que la mise en scène, le récit pique rapidement la curiosité, pour ensuite ensevelir le spectateur sous les larmes et les frissons. Le rythme lent est au service de l'émotions et l'héroïne fait montre d'un réel talent pour le jeu. De quoi en ressortir bouleversé et marqué pendant longtemps, comme c'était le cas du Poetry de Lee Chang-dong (qui demeure le principal point de comparaison, plus que le cinéma de Kim Ki-duk ou de Bong Joon-ho).. ****

mardi 22 juillet 2014

Nouveautés en DVD : Blue Ruin, Triptyque, Bad Words, Transcendence, Dom Hemingway, La marche, Heaven is for Real, Single Moms Club

Face à l'absence du gros film hollywoodien qui fait une bouchée de ses adversaires, plusieurs titres intéressants se dégagent cette semaine au sein des traditionnelles sorties en dvd et en blu-ray.

Celui à manquer est certainement Blue Ruin de Jeremy Saulnier, cette histoire de vengeance pas comme les autres qui glace le sang avec son ambiance incroyable. On embarque, on sursaute, on a peur, on rit et on finit comblé malgré les quelques invraisemblances du scénario. ***1/2
Ma critique complète

Cela fait longtemps que Robert Lepage n'avait pas flirté avec le cinéma. Il y retourne en compagnie de Pedro Pirès avec Triptyque, un film choral esthétiquement très au point mais un peu froid et ampoulé qui porte sur la renaissance des êtres. Cela demeure tout de même une curiosité. ***

Personne n'aurait misé sur Bad Words, la première réalisation de Jason Bateman où il incarne un adulte qui s'amuse à des jeux d'épellation pour enfants. Malgré une mise en scène fade et quelques détours convenus, l'ensemble ne manque pas de verve, d'humour noir et de répliques sarcastiques. ***

Avec ses thèmes riches sur l'intelligence artificielle, la beauté de sa photographie et la renommée de ses interprètes, il est un peu triste que Transcendence de Wally Pfister emprunte des chemins aussi convenus, manquant totalement de rythme et d'impact. **1/2

Un acteur ne fait pas un film. Sinon Dom Hemingway de Richard Shepard serait excellent, à l'image de Jude Law. Sauf que l'intrigue est si banale (un voleur retombe dans ses vices en voulant "changer"), la réalisation si soporifique qu'il n'est pas surprenant d'être ennuyé avant la fin. **1/2

Le cas est le même pour les histoires vraies. Celle de La marche de Nabil Ben Yadir - des gens d'origines diverses marchent pour transcender le racisme - est édifiante est importante. Le résultat cinématographique est cependant très moyen, emprisonné dans ses clichés et ses bons sentiments. **1/2

Les productions religieuses sont plus populaires que jamais aux États-Unis. Heaven is for Real de Randall Wallace qui porte sur les visions d'un garçon a d'ailleurs rencontré un bon succès chez nos voisins du sud. Pourtant, il ne s'agit que d'un effort frêle et moralisateur où le sirop collant finit par tout noyer. **

Il a encore plus mauvais goût dans Single Moms Club, le énième effort de Tyler Perry à voir le jour ces dernières années et qui parle d'entraide. Le ton est si grave, si dramatique, si consternant qu'on finit par rire du début à la fin de cette mauvaise farce qui tourne à vide. *1/2