mercredi 20 août 2014

Film du jour: Crazed Fruit

C'est un grand vent de modernité qu'a offert le réalisateur Ko Nakahira au cinéma japonais avec son film Crazed Heart, en 1956. L'histoire toute simple d'un triangle amoureux qui se dessine entre deux frères et une ravissante jeune femme permet à son cinéaste d'interroger la jeunesse, celle des individus mais également d'un pays qui se relève d'un conflit mondial. En se faisait, il ose choquer, autant au niveau des thèmes politiques et sociaux que de la représentation de la sexualité, toute sensuelle et érotique. Le récit prend son temps pour exposer ses thèmes, ses personnages et ses conflits moraux, jusqu'au moment où déferle la finale qui elle, sera difficile à oublier. ****

mardi 19 août 2014

Nouveautés en DVD : Only Lovers Left Alive, The Amazing Spider-Man 2, Grigris, The Quiet Ones, Le jour attendra, Jarhead 2

À la veille de se laisser emporter par le FFFM (oui, oui, c'est possible), il ne faudrait pas manquer les dernières sorties DVD et Blu-ray, avec un titre qui se démarque nettement du lot.

Il s'agit d'Only Lovers Left Alive, un film de vampires qui redonne ses lettres de noblesse au genre. C'est normal, il est réalisé par Jim Jarmusch qui insuffle son style propre (mélancolie, humour décalé qui ressort des dialogues, superbe trame sonore) pour en faire un opus de grande qualité. ***1/2

Superproduction de qualité qui sait être à la fois enlevante et sensible, The Amazing Spider-Man 2 de Marc Webb continue à tisser la toile de ce super-héros pas toujours intéressant, mais en y intégrant des méchants de luxe, dont celui campé avec verve par Jamie Foxx. ***

Présenté à Cannes et à Cinémania l'année dernière, Grigris de Mahamat-Saleh Haroun compense une mise en scène plus ou moins assurée par une histoire alerte sur les déboires d'un danseur et la performance plus grande que nature de Souleymane Démé. ***

Inspiré d'un fait divers, The Quiet Ones de John Pogue qui s'intéresse à la "guérison' d'une jeune fille possédée ne tient ni en haleine ni ne donne les frissons voulus, malgré le soin apporté à la réalisation et à l'interprétation. C'est dommage mais c'est ça. **1/2

Sorte d'ersatz d'un essai de John Woo ou de Johnnie To, Le jour attendra d'Edgar Marie qui porte sur la vengeance et la rédemption de deux anciens amis qui doivent affronter une nuit sans fin vaut seulement pour la qualité de sa trame sonore. L'intrigue, risible, accumule les clichés à ne plus finir. **

Reprenant l'essence du premier volume mais sans l'humour, la leçon d'humanité et la critique sociale et politique, Jarhead 2 de Don Michael Paul est un long métrage techniquement au point mais qui ennuie rapidement par son manque de personnalité. Directement en DVD et on sait pourquoi. **

Film du jour: Y tu mama tambien

Disponible aujourd'hui dans la prestigieuse collection Criterion, Y tu mama tambien est le film qui a fait connaître au grand public le cinéaste Alfonso Cuaron. Bien avant Gravity et Children of Men, le cinéaste mexicain émoustillait les sens avec ce road-movie sensuel sur deux amis adolescents qui découvrent la vie, l'amour et le sexe. Jamais racoleur, toujours fais et authentique, cette oeuvre vibrante et ensoleillée a marqué beaucoup de cinéphiles à sa sortie en 2001 et 13 ans plus tard, elle est toujours aussi rafraîchissante à revoir. ****

lundi 18 août 2014

Film du jour: The Panic in Needle Park

Au panthéon des meilleurs films de "drogués', il y a évidemment Requiem for a Dream et Transpotting, mais également The Panic in Needle Park de Jerry Schatzberg sur le quotidien parsemé de hauts et de bas de deux amoureux junkies. Le ton extrêmement réaliste et les prestations formidables d'Al Pacino et de Kitty Winn confèrent à ce long métrage une aura unique, qui dérange et traumatise par ses scènes fortes. De quoi en ressortir transformé. ****

dimanche 17 août 2014

Film du jour: The Rock

Comment peut-on passer de héros à zéro? La question mérite qu'on la pose, surtout lorsqu'il est question de Michael Bay qui fait un peu n'importe quoi à notre époque. Pourtant, dans les années 90, il avait pondu un des meilleurs films d'action des dernières décennies: The Rock, une sortie d'Indiana Jones moderne où Sean Connery et Nicolas Cage se mettent ensemble pour sauver des otages sur l'île d'Alcatraz. On reconnaît instantanément son style au niveau du rythme et des thèmes (assez sexistes). Sauf que cela fonctionne totalement, sur le plan de la forme que du fond, des scènes d'action incroyables, de l'interprétation et des touches d'humour qui font hurler de rire. Dans le genre, c'est la totale. ***1/2 

samedi 16 août 2014

Nouveautés au cinéma : Welcome to New York, Yves Saint Laurent, Le monde nous appartient, La fleur de l’âge, Let’s Be Cops

Il s'agit d'une semaine relativement décevante au niveau des sorties au cinéma, alors qu'aucun titre ne se démarque réellement du lot et que la qualité va du passable à l'oubliable.

Vilipendé à Cannes et partout sur son passage, Welcome to New York d'Abel Ferrara n'est pas tant une recréation de l'affaire DSK qu'une réflexion absurde et fictive sur le pouvoir, la corruption, le sexe et la politique. Dès qu'on accepte de se retrouver devant un objet volontairement grotesque, pathétique et abject (sûrement au second visionnement), on s'amuse beaucoup devant ce cauchemar où Gérard Depardieu passe son temps à grogner comme un porc. Non, il n'y a pas grand-chose qui se rapproche de cette satire hallucinante du déclin de la société où les vices sont rois. ***

Biopic extrêmement conventionnel, Yves Saint Laurent de Jalil Lespert demeure constamment dans l'anecdote. La direction artistique est impressionnante et le duo entre Pierre Niney et Guillaume Gallienne fonctionne parfaitement, mais l'ensemble manque de passion, d'intérêt. Cela ressemble à une publicité déguisé à Pierre Bergé, l'ancien compagnon de YSL, qui a donné son accord à cette version. **1/2

Récit extrêmement ambitieux sur les choix de vie et les relations père/fils, Le monde nous appartient de Stephen Streker passe malheureusement à côté de ses sujets. Les interprètes talentueux ne peuvent rien devant la fadeur des personnages et la mise en scène qui fait dans l’esbroufe, se prenant parfois trop pour Magnolia. **1/2

Vieillir, ce n'est pas évident. Ce n'est pourtant pas une raison pour pondre un long métrage plein de clichés comme La fleur de l'âge de Nick Quinn, dont la réalisation morribonde est sauvée par le jeu cabotin et amusé de Jean-Pierre Marielle et de Pierre Arditi. Mais ce que ça ne vole pas haut! **1/2

Deux amis se prennent pour des policiers dans Let's Be Cops de Luke Greeenfield, une comédie grossière qui ne fait pratiquement jamais sourire. À tel point qu'on se demande si les gens qui riaient aux larmes lors de la projection spéciale étaient payés par le distributeur... **

Film du jour: The Trip to Italy

Sorte de suite au très drôle The Trip, The Trip to Italy de Michael Winterbottom est un autre road-movie succulent sur le sens de la vie et l'amitié masculine. Moins essentiel que le premier volume, mais tout aussi attendrissant et hilarant. ***