lundi 23 juillet 2018

Film du jour: Luz (Fantasia)

Aujourd'hui est présenté à Fantasia Luz, une création singulière et expérimentale de Tilman Singer, qui s'inspire du cinéma horrifique des années 70 et plus particulièrement des délires de Zulawski. Une fois passée une intrigante première scène émane un exercice de style vain et maniéré, pas totalement inintéressant (le jeu sur le son et l'image est appréciable) mais qui assomme progressivement au lieu de fasciner. ** 

dimanche 22 juillet 2018

Rampage

Entre Jumanji 2 et Skyscraper, Dwayne Johnson s'amuse à nouveau à sauver le monde dans Rampage (Warner).

C'est quoi? Des animaux grossissent après avoir été en contact d'une substance toxique et ils décident de tout détruire.

C'est comment? Gros, spectaculaire, stupide, à ne pas prendre au sérieux une seconde. The Rock assure dans le rôle titre, les bêtes sauvages en mettent plein la vue et il y a des séquences assez fabuleuses à la fin. Puis il y a George, dont on s'attache immédiatement.

Et pourtant? On s'amusait tout de même plus dans le précédent San Andreas de Brad Peyton. Les méchants manquent d'impact et les dialogues... mieux vaut les oublier!

Techniquement? C'est la totale. L'édition 4K est absolument fabuleuse avec son niveau incroyable de détails. C'est également très beau en blu-ray et en dvd avec ses couleurs fastes et sa riche utilisation des pistes sonores.

Suppléments? Quelques documentaires valables, des scènes supprimées honnêtes et un bêtisier. 

Au final? Les amateurs du genre seront comblés. Les autres passeront évidemment leur tour. Comme adaptation de jeu vidéo, il s'est toutefois fait bien pire. Et sur le plan visuel et sonore, c'est réellement impressionnant.

Les films préférés de... Jean-Michel Girouard et Joëlle Bond

Omniprésents au théâtre, Jean-Michel Girouard et Joëlle Bond étaient récemment en vedette de la comédie québécoise Napoléon en apparte. Je les ai rencontré et je leur ai demandé quels étaient leurs films préférés....

Joëlle Bond: J'aime beaucoup les Back to the Future, Zemeckis, le Spielberg des années 90 ou de E.T.. Je suis une grosse fan. J'écoutais beaucoup plus de films à cette époque-là aussi. Sinon Wes Anderson. C'est sûr que les scénarios de Christopher Nolan n'ont pas de bon sens. Personnellement, les films que j'ai du fun à regarder, c'est la culture pop de quand j'étais jeune.

Jean-Michel Girouard: C'est drôle, le cinéma québécois a un peu un aura, le film en région un peu drabe, lent, silencieux. En même temps, ça peut être tellement bon. Comme Le bruit des arbres. Sinon, j'aime les films où on donne du jus aux acteurs et on laisse les acteurs donner. J'aime mieux les films où l'acteur est mis beaucoup de l'avant plutôt qu'à la merci de la technique. Je pense à Chien de garde. Les acteurs ont eu beaucoup de liberté.

Film du jour: The Witch: Part 1 - The Subversion (Fantasia)

Présenté aujourd'hui et le 27 juillet prochain, The Witch: Part 1 - The Subversion  de Park Hoon-jung est une oeuvre coréenne qui emprunte les codes hollywoodiens - on pense beaucoup à Hanna - dans sa façon de synthétiser action, science-fiction et drame adolescent. Un long métrage bien rôdé mais ultimement quelconque et peu excitant, autant au niveau de l'intrigue alambiquée que des personnages sans saveur. Et dire que cela provient de l'esprit du scénariste de l'inoubliable I Saw the Devil. **

samedi 21 juillet 2018

Sorties au cinéma: Three Identical Strangers, Arrhythmia, Don't Worry, He Won't Get Far on Foot, Salyut-7, Mary Shelley, Je vais mieux, The Equalizer 2

La réalité qui devient fiction est de mise cette semaine parmi les nouveautés au cinéma.

Three Identical Strangers: C'est un fascinant documentaire que propose ici Tim Wardle, s'attardant à la fois à la nature humaine et celle de la société, confrontant l'inné et l'acquis à travers un dispositif plein de surprises, qui change constamment de style cinématographique en cours de route. ***1/2

Arrhythmia: Présenté secrètement au Forum, cette oeuvre russe de Boris Khlebnikov sur un ambulancier qui voit sa vie privée et professionnelle prendre le bord s'améliore à chaque instant après une pénible entrée en matière. Le système de santé en prend pour son rhume et Aleksandr Yatsenko perce littéralement l'écran dans le difficile rôle principal. ***

Don't Worry, He Won't Get Far on Foot: Après la déconfiture de The Sea of Trees, Gus Van Sant est de retour avec ce biopic mineur, un peu gnagna à l'arrivée mais sincère et tonique, secondé d'une mise en scène élaborée et d'excellents comédiens. ***

Salyut-7: Apollo 13 rencontre Gravity dans ce film russe techniquement au point et bien interprété, mais qui manque de suspense et qui sent un peu trop la propagande. **1/2

Mary Shelley: Autant la précédent Wadjda de la cinéaste Haifaa al-Mansour était excellent, autant on s'ennuie ferme devant cette peinture à numéros, superficielle et peu engageante. Rien à dire toutefois sur la prestation d'Elle Fanning et le soin esthétique qui y est apporté. **1/2

Je vais mieux: Les bons sentiments sont nombreux au sein de la dernière création de Jean-Pierre Améris, qui fait sourire à ses heures malgré cette fâcheuse propension à faire la morale. Et puis, ce manque de cinéma est toujours un peu fâcheux. **

The Equalizer 2: Inférieur à l'original qui n'était déjà pas génial, cette première suite à vie d'un long métrage de Denzel Washington se fourvoie par son manque flagrant d'originalité et d'idées. Au moins il y a cette scène d'action finale, spectaculaire, qui permet au réalisateur Antoine Fuqua de s'amuser le moindrement. C'est trop peu. **

Film du jour: LOUDER! Can't Hear What You're Singin', Wimp! (Fantasia)

Amateurs de musique et de films complètement cinglés, ne cherchez pas plus loin que LOUDER! Can't Hear What You're Singin's, Wimp! de l'excentrique de Satoshi Miki. C'est la rencontre improbable de deux musiciens aux antipodes et de leur union professionnelle face à l’adversité. Voilà une oeuvre follement originale, un peu mince mais pleine d'énergie et de fureur, qui explose comme les vieux opus de Sion Sono. C'est tellement survolté que la tension finit par se cour-circuiter à mi-chemin. Peu importe, on prend son pied jusque-là. Aujourd'hui à Fantasia. ***

vendredi 20 juillet 2018

Entrevue Sam Elliott

Avec un titre comme The Man Who Killed Hitler and then The Bigfoot, comment ne voudrait-on pas aller voir ce film à Fantasia? J'ai réussi à parler à sa vedette, le toujours excellent Sam Elliott, et mon entrevue se trouve dans les pages du journal Métro d'aujourd'hui.