mardi 1 septembre 2015

Nouveautés en DVD/Blu-ray : Mad Max: Fury Road, Dark Star : H.R. Giger’s World, Le semeur, Miss Julie, Chicago Fire: Season 3 et Chicago PD: Season 2

Lorsqu'un poids lourd sort en Blu-ray et en DVD, la compétition est frêle. C'est le cas cette semaine alors que le meilleur film d'action des dernières années arrive près de chez vous.

Il s'agit évidemment du Mad Max: Fury Road de George Miller, une course effrénée pendant deux heures qui rend béat. Oui, le point de saturation est atteint, mais quel divertissement tout de même! Surtout avec 110 minutes de suppléments! ****

Moins tendu est le documentaire Dark Star: H.R. Giger's World de Belinda Sallin sur l'homme qui a donné le look unique à la série Alien. On y apprend plein de choses pertinentes sans y retrouver l'essentiel. ***

C'est un peu le cas aussi de l'essai Le semeur de Julie Perron qui suit un être qui se dévoue à ce métier de longue haleine. Techniquement c'est au point et le sujet est charismatique et instructif. Il manque toutefois un peu de paprika pour faire lever le met. ***

Adaptation d'un livre célèbre, Miss Julie de Liv Ullmann ressemble à une pièce de théâtre statique et un brin poussiéreuse où le combat romantique de classes sociales est un prétexte pour rappeler le grand talent de Jessica Chastain et celui de Colin Farrell. Une fois qu'on s'habitue, cela devient plutôt intéressant. ***

Pour les amateurs de rebondissements efficaces et plus conventionnels, il y a toujours Chicago Fire: Season 3 et Chicago PD: Season 2 qui ne changent en rien une formule gagnante.

Film du jour: Fata Morgana

Redécouvrir les vieux documentaires de Werner Herzog, c'est plonger dans un univers sans ligne narrative classique, alors que l'on passe son temps à tout déchiffrer et à interpréter... et c'est loin d'être une vilaine chose. Dans son très spécial Fata Morgana qui est séparé en trois actes, la nature sauvage et humaine ne font pas toujours bon ménage, ce que l'on comprend dès cette introduction bizarroïde d'un avion qui n'arrive jamais à atterrir. Une fois ce test passé, on entre dans le vif du sujet, de cette prison à ciel ouvert et de ce temps qui semble glisser continuellement. L'exercice pourra en irriter plus d'un, mais il est souvent fascinant. ***1/2

lundi 31 août 2015

Film du jour: Jubilation Street

Jubilation Street n'aurait pu qu'être un film de propagande, alors que des résidents japonais sont invités à délaisser leurs terres afin d'aider l'effort de guerre. Mais dans les mains de Keisuke Kinoshita, cela devient quelque chose de plus complexe, arrivant avec son montage précis et le soin apporté aux personnages à se rapprocher des conflits intrinsèques à l'âme humaine. Une fois passée une première partie qui tient davantage à l'écart, on embrasse plus facilement les quêtes et aspirations de ces êtres dont le désarroi touche profondément. ***1/2

dimanche 30 août 2015

Film du jour: Le confessionnal (FFM)

Le confessionnal de Robert Lepage célèbre cette année son 20e anniversaire et il s'agit d'un des films québécois les plus importants des dernières décennies, rappelant que le cinéma de la Belle Province est bel et bien entré dans la modernité. Élégant hommage à Hitchcock avec sa mise en scène veloutée et ses choix sonores parfaits (ah, Depeche Mode!), on a affaire ici à une oeuvre qui se bonifie au fil des visionnements. En projection à la belle étoile dans le cadre du FFM. ****

samedi 29 août 2015

Sorties au cinéma : La terre et l’ombre, Mistress America, The Diary of a Teenage Girl, The End of the Tour, Z for Zachariah, Learning to Drive, Maestro, We Are Your Friends, No Escape, Backcountry

Même si le FFM bat son plein, cela ne nous empêches pas de s'intéresser aux nouveautés cinéma, qui sont nombreuses cette semaine.

Dans le lot, il y a le superbe La terre et l'ombre, ce formidable premier film de César Acevedo sur un vieil homme qui renoue avec sa famille pour voir que tout a changé autour de lui. Très atmosphérique, touchant autant au social qu'à l'intimiste, il y a du talent à la tonne derrière cette pépite d'or. ****

Noah Baumbach serait-t-il le nouveau Woody Allen? On le croit de plus en plus, surtout avec son jouissif Mistress America où il multiplie les personnages savoureux et les répliques cultes. Une histoire d'amitié pas comme les autres qui révèle quelques moments de grâce. ***1/2 

Presque aussi intéressant est The Diary of a Teenage Girl de Marielle Heller, une comédie dramatique sur une adolescente qui s'amourache du copain de sa mère. Bien interprété, montrant au lieu de tout tenir dans l'ombre, cette oeuvre audacieuse séduit malgré quelques flottements dans l'histoire. ***1/2

The End of the Tour de James Ponsoldt (The Spectacular Now) débute timidement lors d'une entrevue entre un journaliste et un écrivain. Et plus le film avance, plus les thèmes se complexifient et happent l'inconscience par leur authenticité. Jesse Eisenberg et Jason Segel y forment tout un duo. ***1/2

Les histoires de fin du monde sont nombreuses, mais rarement racontées comme Z for Zachariah de Craig Zobel (Compliance) où le sort de l'humanité repose sur trois êtres qui sont capables d'entraide et de traîtrises pour arriver à leurs fins. Le récit aurait pu être plus élaboré, mais il laisse tout de même une forte impression. ***

Beaucoup plus léger est Learning to Drive d'Isabel Coixet, une comédie humaine sur une femme trompée qui reprend goût à l'existence grâce à son professeur de conduite. Un film lumineux, un brin superficiel qui est campé par les charmants Patricia Clarkson et Ben Kingsley. ***

Il y a deux longs métrages dans le Maestro de Léa Fazer. Le bon sur le cinéma et la transmission à travers un acteur qui découvre les possibilités du septième art grâce à un réalisateur aguerri. Et le mauvais où tous les clichés du genre sont utilisés, ce qui implique une emphase sur la romance à deux sous. **1/2

Sorte de pendant américain au solide Eden, We Are Your Friends de Max Joseph est une production terriblement vide sur un DJ qui cherche à être populaire. La forme entraînante peut séduire, mais certainement pas le fond plat. **

No Escape est un peu l'équivalent d'un Taken avec Owen Wilson. Un film d'action souvent risible avec plein de ralentis qui font hurler de rire et une famille américaine qui tente de s'extirper d'un pays en guerre où tout le monde perd la vie autour d'eux (mais pas eux). Entre l'ouverture prometteuse et la conclusion ironique, il n'y a rien de très valable. **

C'est le cas aussi de Backcountry d'Adam MacDonald, un film de peur bavard et jamais effrayant sur une randonnée en forêt qui tourne mal à cause d'un grand méchant ours. On sent un certain potentiel dans les 20 dernières minutes qui sont plus bruyantes, ce qui est insuffisant. **

Film du jour: Wolf Totem (FFM)

Wolf Totem de Jean-Jacques Annaud est un des films les plus attendus du FFM et la sélection de la Chine pour la prochaine cérémonie des Oscars. Il s'agit d'un spectaculaire conte sur un étudiant de Beijing qui apprend les beautés de la nature et des loups lors d'un long séjour en Mongolie. Autant les images sont superbes et les scènes d'action électrisantes, autant l'histoire naïve et le jeu des comédiens ont du mal à convaincre. On est bien loin de L'ours du même cinéaste ou du grandiose Dersu Uzala d'Akira Kurosawa. **1/2

vendredi 28 août 2015

Entrevue avec Léa Fazer pour Maestro

Traitant de cinéma et de transmission, Maestro est le nouveau film de la réalisatrice Léa Fazer (Notre univers impitoyable). Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à consulter mon entrevue que j'ai réalisée avec la cinéaste et qui se trouve dans les pages du Journal Métro.