mardi 29 décembre 2015

Top 50 de 2015 (partie 4)


20. Room. Un huis clos d'une efficacité redoutable, qui ébranle et qui redonne foi envers la famille. Avec en prime deux interprétations bouleversantes. Critique

19. Selma. Une matière première inflammable qui surprend constamment par le traitement unique de son sujet et sa mise en scène formidable dont quelques moments évoquent Eisenstein. Critique

18. P'tit Quinquin. Un suspense policier absurde et ironique de la part de Bruno Dumont qui rappelle que rien n'est à son épreuve. Quatre heures de bonheur!

17. Saint Laurent. Un biopic impressionniste et hors norme de la part du trop rare Bertrand Bonnello qui mystifie tout le monde. De l'art bord en bord.

16. La terre et l'ombre. Une Caméra d'Or amplement méritée pour ce disciple de Tarkovski et de Reygadas qui pose un regard intimiste sur la nature humaine et environnementale. Critique

15. Song of the Sea. Un dessin animé visuellement magnifique qui fait pleurer encore et encore. Toute la famille en raffolera. Critique

14. Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence. La joie incommensurable de retrouver Roy Andersson en pleine possession de ses moyens. Critique

13. The Hateful Eight. Tarantino prouve que l'on peut encore faire du cinéma - en 70 mm avec un entracte - et le résultat, verbeux et explosif, ne décevra personne. Critique

12. Spotlight. Une enquête essentielle et passionnante où les comédiens et la réalisation frôlent la perfection. Facilement le meilleur film journalistique depuis All the President's Men.

11. Le sel de la terre. Un documentaire qui chavire les yeux, le coeur et l'âme et qui prouve encore une fois que Wim Wenders serait peut-être mieux de lâcher la fiction. Critique.

La 5e et dernière partie sera publiée demain!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire