vendredi 11 décembre 2015

Sorties au cinéma : Carol, Macbeth, Entertainment, People Places Things, Every Thing Will be Fine, La dernière leçon, In the Heart of the Sea

Un des plus grands films de 2015 prend l'affiche ce vendredi dans les salles du Québec...

Il s'agit de Carol, l'immense fresque amoureuse de Todd Haynes qui amène ses formidables actrices (Cate Blanchett et Rooney Mara) au septième ciel. À voir et à revoir encore et encore pour ses thèmes importants, sa mise en scène parfaite, sa riche reconstitution d'époque, son émotion à fleur de peau, etc. ****1/2

Fort de son remarqué Snowtown, Justin Kurzel est de retour avec Macbeth, un autre long métrage violent et stylisé où il amène une forte distribution à se dépasser. C'est parfois un peu ampoulé, mais aussi très efficace. ***1/2

Entertainment de Rick Alverson ne porte pas toujours bien son nom tant l'oeuvre l'oeuvre décalée et aride sur un humoriste en pleine crise existentielle récompensera uniquement les plus attentifs. Reste une expérience à tenter même si elle n'est pas toujours concluante. ***

De son côté, People Places Things de Jim Strouse est un peu ce que Paul à Québec aurait dû ressembler: une comédie sympathique sur les affres de la famille et de la bande dessinée. Du cinéma gentil et réconfortant à défaut d'être ambitieux. ***

Après quelques documentaires importants, Wim Wenders renoue avec  la fiction par l'entremise de Every Thing Will be Fine, un drame sans consistance sur des personnages schématisés qui tentent de reprendre le contrôle de leur existence. Le potentiel y est, pas l'exécution. **1/2

Plus larmoyant encore est La dernière leçon de Pascale Bouzadoux, un autre mélo sur une dame âgée qui décide d'en finir, au grand dam de ses proches. Sandrine Bonnaire y est touchante, ce qui ne sauve en rien l'ouvrage de la démonstration la plus mécanique et moralisatrice. **

Revenant aux sources de ce qui a inspiré le chef-d'oeuvre littéraire Moby Dick, In the Heart of the Sea est un divertissement raté de la part de Ron Howard, qui est plus intéressé à décoiffer avec ses scènes d'action et sa jolie 3D qu'à raconter une véritable histoire et à doter ses personnages d'une réelle psychologie. Encore là, les baleines ne sont que des bêtes démoniaques qui méritent de périr cruellement... **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire