mardi 17 juin 2014

Nouveautés en DVD : The Grand Budapest Hotel, Quai d’Orsay, 2 automnes 3 hivers, Jimmy P, Bunker, The Lego Movie, Marina, Devil’s Knot, Hypnotisören

Il y a des choses vraiment superbes qui prennent l'affiche cette semaine en DVD et en Blu-ray.

Pensons seulement à The Grand Budapest Hotel, le dernier joyau de Wes Anderson. Comme toujours chez lui, le cinéma se fait à l'horizontal, à l'aide d'une distribution du tonnerre, du rire à profusion et de la mélancolie. Le voici qu'il se surpasse dans cette histoire touchante qui se déroule entre les deux grandes guerres. ****

Il y a aussi Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier, le film le plus drôle à voir le jour depuis plusieurs années. On rit du début à la fin devant cette satirique politique où la France s'est tenue devant les États-Unis en ne voulant pas envahir l'Irak. Thierry Lhermitte y est d'ailleurs prodigieux. ****

Très charmante romance à la Truffaut, 2 automnes 3 hivers de Sébastien Betbeder est une jolie histoire d'amour qui se déroule sur plusieurs saisons. C'est beau, gentil et mignon tout à la fois. ***1/2

Sans avoir le même pouvoir que ses précédents classiques, Jimmy P d'Arnaud Desplechin qui porte sur la thérapie d'un amérindien par un docteur français est un récit très agréable, émouvant et humaniste, qui ne manque surtout pas de métaphores, de symboles et de musique. Les acteurs y sont épatants.

Huis clos satisfaisant sur deux hommes qui sont isolés, Bunker de Patrick Boivin et Olivier Roberge permet à Martin Dubreuil et à Patrice Robitaille de démontrer leur talent. ***

Symbole du capitalisme américain, The Lego Movie de Phil Lord et Chris Miller devient littéralement une animation communiste dans cette oeuvre folle et souvent très drôle, mais également essoufflante. ***

Biopic conventionnel sur l'enfance d'un chanteur à succès, Marina de Stijn Coninx s'avère tout de même très supportable. Les interprètes affichent une bonne humeur communicative et la recréation d'époque est généralement juste. ***

S'inspirant d'un fait divers véridique portant sur le meurtre inexpliqué de trois garçons, The Devil's Knot demeure malgré la présence d'Atom Egoyan une production brouillonne et molle, à la mise en scène beaucoup trop télévisuelle. **1/2

Sorte de Millenium cheap (déjà que la série originale l'était déjà pas mal), Hypnotisören de Lasse Hallstrom est une intrigue policière invraisemblable et souvent risible, qui rappelle qu'un bon livre ne fait pas toujours un bon film. **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire