vendredi 9 décembre 2016

Sorties au cinéma: La fille inconnue, Aquarius, Miss Sloane, Déserts, D'encre et de sang, Sugar Mountain

On a droit à une semaine très solide au niveau des sorties de films au cinéma. En omettant la comédie Office Christmas Party, j'ai vu toutes les nouveautés en salles. Voici celles qui méritent le détour...

Brillante fresque des frères Dardenne qui demeurent dans le suspense social, La fille inconnue présente les émois d'une jeune médecin face à une mort anonyme dont elle se sent responsable. Une nouvelle plongée dans le sort de la condition humaine qui fait écho à la situation actuelle en Europe et ailleurs. ****

Importante oeuvre sur la mémoire et la culture qui sont détruites à petit feu par une société capitaliste qui ne possède aucune vision du passé, du présent et de l'avenir, Aquarius de Kleber Mendonça Filho passionne par sa mélancolie latente et son très beau portrait de femme. C'est parfois un peu long et appuyé, sauf le charme opère rapidement. ***1/2

Équivalent d'un livre de John Grisham, Miss Sloane de John Madden est un plaidoyer efficace mais vide et pesant sur le contrôle des armes à feu. Jessica Chastain apparaît toutefois en grande forme et la musique fébrile de Max Richter éclipse presque le dernier acte un brin trop simpliste et démonstratif. Pour les amateurs désespérés d'Aaron Sorkin. ***

L'expérimentation se fait rare dans le cinéma québécois. C'est pourquoi on ne peut qu'admirer la charge formelle du Déserts de Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez. La prémisse ténue recèle de belles trouvailles et le long métrage fonctionne mieux lorsqu'il s'éloigne de ses codes narratifs. ***

Avec ses trois réalisateurs, ses trois scénaristes et ses trois récits, D'encre et de sang aurait pu s'apparenter à un simple cadavre exquis. Il n'en n'est rien et cette histoire d'amour et de mensonges finit par émouvoir. Il y a bien quelques clichés au menu, mais rien de trop dommageable. ***

Sugar Mountain de Richard Gray expose une fausse disparition en montagne qui tourne mal. Éparpillée et sans aucune tension dramatique, la trame se concentre sur un humour inopérant et les talentueux comédiens font ce qu'ils peuvent au sein de ce téléfilm anonyme. **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire