vendredi 30 septembre 2016

Sorties au cinéma : Waseskun, Écartée, Un homme de danse, Gun Runners, Un petit boulot, Queen of Katwe, Masterminds, Imperium

Bien qu'on ait manqué les dernières missives de Tim Burton et de Peter Berg, il y a de très intéressants petits films qui prennent l'affiche cette semaine dans une salle de cinéma près de chez vous.

Renversant documentaire sur des délinquants qui fréquentent un centre de guérison, Waseskun de Steve Patry ne tarde pas à émouvoir par son approche intime et sa grande résilience. ***1/2

Hilarant docu-fiction sur un couple qui se fait envahir par une cinéaste qui se plaît à tout filmer, Écartée de Lawrence Côté-Collins s'avère une satire sociale intrigante et nécessaire.  ***1/2

Un homme de danse de Marie Brodeur est un docu conventionnel mais pas dénué d'intérêt sur Vincent Warren, ce danseur qui a marqué son art. On obtient au passage un portrait éclairant du Québec des 50 dernières années. ***

Autre documentaire de qualité, Gun Runners d'Anjali Nayar s'intéresse au destin de deux hommes qui sont parvenus à s'affranchir des horreurs de la guerre. Un effort inspirant, quoique la trame sonore finit par assommer. ***

Dernier long métrage du regretté Pascal Chaumeil (L'arnacoeur), Un petit boulot est une comédie noire, sociale et grinçante. La charge aurait cependant pu aller beaucoup plus loin et les interprètes compétents  (Romain Duris, Michel Blanc) transcendent une mise en scène sans attrait. **1/2

Énième biopic chaleureux sur David qui renverse Goliath, Queen of Katwe de Mira Nair ne recèle aucune surprise et son script laborieux fait en sorte que les personnages prêchent à chaque fois qu'ils ouvrent la bouche. **

Une distribution de choix (Galifianakis, O.Wilson, Wiig) n'élèvent pas nécessairement une comédie du marasme lorsque le scénario est déjà affligeant. C'est ce qui arrive sur Masterminds de Jared Hess où il n'y a que Jason Sudeikis qui arrive à faire rire. **

Disponible en vidéo sur demande, Imperium de Daniel Ragusis est une production un brin tendancieuse sur un Daniel Radcliffe pas toujours convaincant qui est chargé d'infiltrer une bande de nazis. Le sujet important ne fait jamais oublier que le tout aurait été plus pertinent il y a 20, 30 ou 40 ans. **1/2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire