dimanche 14 août 2016

Les films préférés de... Louise Turcot

Véritable institution du septième art québécois, Louise Turcot est apparue dans quelques-uns des films les plus populaires de la Belle Province (L’initiation, Deux femmes en or), avant de s’orienter vers un cinéma d’auteur comme Les êtres chers, Miraculum, Liverpool et Lost Song.

J’ai pu lui parler pour un projet connexe (elle était la porte-parole de la journée Arts sans frontières) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse…

« C’est sûr que j’ai une préférence pour les films d’auteurs. Il y avait une époque où j’aimais beaucoup le cinéma italien. La grande époque du cinéma italien. Maintenant, on n’en reçoit presque plus des films italiens. Si je peux te citer quelque chose, c’est trop loin dans le temps. C’est sûr que Visconti, Fellini… Aujourd’hui même, je ne pourrais rien te citer du cinéma italien, parce que je ne le connais plus.

Il y a ça aussi que je trouve qui manque beaucoup et qui va manquer de plus en plus, parce qu’il y a des salles qui ferment à Montréal. La fermeture de l’Excentris m’a crevée le cœur. Car moi j’aime beaucoup le cinéma de répertoire. J’aimais ça aller voir des films tchèques, des films polonais, des films cubains. J’aime! C’est très intéressant de voir le regard que des étrangers posent sur la civilisation, sur leur culture, sur leur famille. Ça je trouve que ça manque ici, beaucoup. Même le cinéma français que j’adore, je me rends compte lorsque je lis des revues qu’on ne voit pas le quart du cinéma qu’on devrait voir. Et les seuls films français que l’on voit, ce sont des films qui souvent ont fait un tabac au box-office. Alors ils les emmènent ici. Mais il y a des films très intéressants qu’on ne verra jamais, qui restent en France et qui n’ont pas de distributeur ici.


Ça, ça me manque vraiment beaucoup. Parce que quand j’étais jeune, il y a très longtemps, on avait beaucoup de cinémas à Montréal où on allait voir des films de répertoire. C’est comme ça qu’on a découvert toute sorte de cinéma, comme le cinéma suédois, le cinéma italien. C’était fantastique tout ce qui nous apportait. Là maintenant, les États-Unis règnent en roi et maître dans nos salles. Ce n’est pas que j’aime pas le cinéma américain. Je l’apprécie aussi. Mais j’aime avoir toutes les couleurs du prisme, pas juste les couleurs américaines. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire