vendredi 29 avril 2016

Sorties au cinéma : Francofonia, Le bouton de nacre, Elvis and Nixon, L'étudiante et Monsieur Henri, Montréal New Wave, Ratchet and Clank, Precious Cargo

Deux superbes documentaires apparaissent - et de loin - comme les meilleures sorties de la semaine.

Alexandre Sokourov continue sa réflexion sur le passé, les souvenirs et le pouvoir avec Francofonia, un essai hors norme où la situation du Musée du Louvre pendant la Seconde Guerre mondiale n'est qu'un prétexte à un travail sidérant sur la narration et l'art cinématographique. Un patchwork renversant à tout point de vue. ****

Tout autant que Le bouton de nacre de Patricio Guzman, un effort magistral qui tente de relier la découverte de deux boutons qui ont un rôle fondamental à jouer dans la composition de la planète. Avec ses paysages extraordinaires, ses réflexions essentielles sur l'infiniment grand et petit et sa façon d'éclairer les fantômes du Chili, cet opus vaut son pesant d'or et il mérite d'être découvert et admiré au cinéma. ****

Michael Shannon et Kevin Spacey forment tout un duo comique dans Elvis and Nixon de Liza Johnson. Ils n'apparaissent cependant ensemble que dans le dernier tiers du film. Avant il y a un long préambule qui n'est ni très drôle ni très intéressant. **1/2
Ma critique

Adaptation de sa propre pièce théâtre, L'étudiante et Monsieur Henri d'Ivan Calbérac est une banale comédie dramatique sur la nécessité et la difficulté de trouver sa propre place dans le monde. L'interprétation sincère est insuffisante pour secouer ce récit prévisible aux dialogues moralisateurs et à la mise en scène télévisuelle. **1/2

Montréal New Wave d'Érik Cimon est le documentaire type qui intéresse à parcimonie par ses propos mais qui finit par ennuyer par la banalité de sa forme. Son sujet méritait pourtant un plus grand investissement technique. Reste une musique que l'on se plaît à découvrir. **1/2

Sorte d'infopub à un jeu vidéo qui est sorti presque au même moment, Rachet and Clank de Kevin Munroe et Jericca Cleland est une animation limitée qui comporte quelques moments rigolos mais qui s'adresse surtout aux gamers âgés entre 7 et 14 ans. **1/2
Ma critique

Sorte de Shoot' Emp Up des pauvres où il n'y a rien à prendre au sérieux et où la désolation apparaît plus rapidement que les rires, Precious Cargo de Tim Despic amène Bruce Willis, Claire Forlani et compagnie en bateau (et en voiture, en avion...) dans une production routinière et très répétitive. *1/2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire