mardi 1 mars 2011

DVD: 127 Hours, Faster, Alamar, La maison des contes, Love and Other Drugs, Burlesque, Lance et compte


Quelques bons films et de très mauvais longs métrages sont disponibles aujourd'hui en format blu-ray et dvd. Pour ne pas perdre son temps, suivez le guide!

De belles images, un rythme effréné et une histoire plutôt vide. C'est le constat qui ressort de 127 Hours de Danny Boyle qui retrace la lutte de survie d'un homme prisonnier dans un canyon. James Franco y est toutefois très bon. À regarder en compagnie du supérieur Buried.

Surprenant film d'action de George Tillman Jr, Faster part d'une prémisse de base (la vengeance) pour offrir un divertissement plus que satisfaisant. De belles images, une trame sonore soignée de Clint Mansell et la performance désinvolte de Billy Bob Thornton pour un récit haletant, qui se termine toutefois en queue de poisson.

Petite oeuvre libre comme le vent sur les beautés d'un îlot et de la vie sauvage, Alamar de Pedro Gonzalez-Rubio enchante avec ses magnifiques paysages et son rythme lent qui inspire la méditation. Un peu plus de contenu au niveau du scénario n'aurait toutefois pas fait de mal.

On aurait beaucoup aimé apprécier à sa juste valeur La maison des contes de Dominique Monfery. Les dessins sont splendides et son postulat de départ de faire revivre des héros de l'enfance (Peter Pan, Alice au pays des merveilles, etc.) est particulièrement inspirant. Mais le traitement est tellement moralisateur qu'il fait saigner les oreilles.

À la fois comédie pharmaceutique qui fait rarement rire et gros mélo collant, Love and Other Drugs d'Edward Zwick est un effort ennuyant, que vient heureusement relever le charmant duo composé de Jake Gyllenhaal et Anne Hathaway.

Beaucoup de chansons oubliables et un scénario passe-partout composent Burlesque de Steve Antin sur l'ascension d'une jeune fille qui a un rêve. Non, Christina Aguilera n'est pas une grande actrice. Et quand Cher joue sur le pilote automatique, cela ne donne pas quelque chose de très intéressant.

La comédie involontaire de 2010 est québécoise et elle se prénomme Lance et compte de Frédérik D'Amours. Comment ne pas rire du début à la fin avec des répliques aussi ridicules, des thèmes amenés sans subtilité et des personnages manichéens au possible? Impossible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire