vendredi 14 août 2015

Sorties au cinéma : L’institutrice, Nouvelles Nouvelles, Anatomie d'un double meurtre, Turbo Kid, She’s Funny That Way, Straight Outta Compton, Final Girl

En omettant The Man From U.N.C.L.E que je me réserve en Blu-ray et Teen Lust qui n'a bénéficié d'aucune projection de presse, j'ai tout vu ce qui prend l'affiche cette semaine dans les salles québécoises. Qu'est-ce qu'il ne faut pas manquer?

L'institutrice de Nadav Lapid, ce très beau film israélien sur une enseignante qui décide de prendre soin d'un élève de cinq ans qui est doué pour la poésie. Entre drame et suspense, le long métrage refuse de choisir, développant un scénario béton et une mise en scène qui surprend par sa fluidité. ***1/2

Plus fou et éclaté est Nouvelles, Nouvelles d'Olivier Godin, un conte qui va dans tous les sens et qui compense son faible budget par un surplus d'idées. S'il faut parfois se créer notre propre histoire, les plus patients seront récompensés par quelque chose qui ne ressemble à rien d'autre. ***1/2

Techniquement, Anatomie d'un double meurtre d'Alberto Rodriguez qui a remporté plein de prix Goya est irréprochable. La réalisation est époustouflante et on pénètre rapidement dans cet univers suffocant où deux flics cherchent un meurtrier en série. Dommage que le récit manque de profondeur, n'arrivant pas à la cheville d'un True Detective, Seven ou L.A. Confidential. ***

On s'amuse beaucoup devant Turbo Kid de François Simard, Anouk et Yoann-Karl Whissell, un hommage aux productions de science-fiction des années 80, celles qui sont naïves et très gores. L'ensemble s'essouffle cependant à mi-chemin, n'arrivant jamais à se renouveler. ***

She's Funny That Way du revenant Peter Bogdanovich ressemble beaucoup à un film de Woody Allen avec ses nombreux personnages, ses rires fous, ses mensonges et ces couples qui se défont au gré du vent. À tel point qu'on risque de passer un bon moment si on ne se pose pas trop de questions. ***

Biopic conventionnel et beaucoup trop long sur le groupe culte N.W.A., Straight Outta Compton de F. Gary Gray démarre sur des chapeaux de roue pour décevoir par la suite. La mise en scène ou l'interprétation ne sont pas responsables: c'est plutôt le manque de risques et le regard trop bienveillant. **1/2

Disponible sur vidéo en demande, Final Girl de Tyler Shields est un croisement raté entre Nikita et une satire du film horrifique. Stylisé dans sa démarche mais vide dans son propos, ce pétard mouillé qui aimerait tellement être culte ne redonnera pas une carrière à Abigail Breslin ou à Wes Bentley. **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire