vendredi 21 août 2015

Sorties au cinéma: Fort Tilden, Melody, Sugar Coated, Le journal d’un vieil homme, What We Did On Our Holiday, Sinister 2, How to Make Love Like an Englishman

Même en ayant passé à côté des deux plus grosses sorties de la semaine (Hitman: Agent 47 et American Ultra), j'ai vu pratiquement toutes les autres nouveautés (désolé Bang Bang Baby) qui prennent l'affiche ce vendredi.

Dans le lot, Fort Tilden de Sarah-Violet Bliss et Charles Roger est le plus sympathique. Un petit film libre comme le vent, savoureux dans sa façon de décrire le quotidien de deux jeunes femmes de Brooklyn qui tentent de donner un sens à leur existence. Un peu comme si le Noah Baumbach de Frances Ha se permettait de refaire Tu dors Nicole, en moins essentiel toutefois. ***

Plus lourd et tendu mais tout aussi nécessaire est Melody de Bernard Bellefroid, un drame sur un pacte qui lie deux femmes d'âge et de conditions sociales différentes. Un projet un brin trop écrit dont les têtes d'affiche maintiennent constamment l'intérêt. ***

Documentaire fort louable mais pas toujours cinématographique sur l'industrie du sucre poison qui est présent partout, Sugar Coated de Michèle Hozer en fera réfléchir plus d'un. ***

Bien qu'on aime beaucoup le cinéma de Bernard Émond, Le journal d'un vieil homme se veut son projet le moins abouti, renforçant ses tics en présentant deux êtres qui sont incapables d'être heureux. **1/2

Énorme succès dans ses terres natales, What We Did On Our Holiday d'Andy Hamilton et Guy Jenkins demeure seulement une comédie moralisatrice sur la famille, une sorte de Gone Girl pour enfants croisé avec Death at the Funeral. **1/2

Suite d'une production moyenne mais efficace, Sinister 2 de Ciaran Foy ne procure aucun réel frisson et il ne dit rien de nouveau sur ce concept d'enfants méchants. **

Pierce Brosnan en fait des tonnes dans How to Make Love Like an Englishman de Tom Vaughan, une comédie lourde et assommante sur un séducteur qui se voit servir sa propre médecine. On ne voit plus souvent Salma Hayek au cinéma et ce n'est guère surprenant... **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire