jeudi 23 juillet 2015

Sorties au cinéma : The Look of Silence, The New Rijsmuseum, Reality, Southpaw, Un homme idéal, American Heist

Pas d'Adam Sandler (Pixels) pour nous cette semaine, mais de superbes histoires vraies et une fiction complètement disjonctée qui font oublier quelques titres très oubliables.

D'une forme plus conventionnelle mais beaucoup plus touchant et moins manipulateur que The Act of Killing, son complément The Look of Silence qui est toujours réalisé par Joshua Oppenheimer suit un homme dont le grand frère a été massacré et qui rencontre plusieurs de ses bourreaux. Un documentaire qui donne froid dans le dos et qui en dit long sur la nature humaine. ****

Très intéressant essai sur un musée qui a été fermé pendant 10 ans pour cause de rénovation, The New Rijsmuseum d'Ooke Hoogendijk va au fond des choses en demeurant constamment intéressant, ludique et accessible. ***

Il n'y a pratiquement rien de plus absurde que Reality de Quentin Dupieux, un film choral extrêmement étrange où le vrai côtoie le faux, la réalité le rêve et la vie le cinéma. Certainement le meilleur rôle d'Alain Chabat depuis des lustres. ***

Très classique et beaucoup trop mélodramatique, Southpaw d'Antoine Fuqua qui porte sur la renaissance d'un boxeur vaut uniquement pour la prestation étincelante de Jake Gyllenhaal. Parce que le reste laisse profondément à désirer... **1/2

Quelque part entre Plein soleil, Lost Highway, The Words et le cinéma d'Alfred Hitchcock se tient Un homme idéal de Yann Gozlan, un suspense pas très crédible et plein d'invraisemblances sur un homme qui vole et publie sous son nom un manuscrit oublié. Encore là, Pierre Niney ne peut sauver seul l'effort du naufrage. **

American Heist de Sarik Andreasyan s'apparente à une des séries B les plus éculées. Celle où un homme qui vient de sortir de prison demande à son frangin et ancien malfrat de l'aider dans un dernier grand coup. Rien ne tient debout dans ce ballet des clichés où les dialogues sonnent faux, où les comédiens ne sont pas bons et où les scènes d'action déçoivent constamment. *1/2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire