mardi 21 octobre 2014

Nouveautés en dvd : Snowpiercer, Cannibal, Earth to Echo, The Purge : Anarchy, Casse-tête chinois, Pour une femme, Chimères

Afin de passer à travers la semaine qui s'annonce humide et pluvieuse, quelques nouveautés en DVD et Blu-ray intéressants s'offrent à nous.

Superbe fable sociale sur des gens enfermés dans un train qui cherchent à changer de castes, Snowpiercer de Bong Joon-ho est également la superproduction la plus excitante de l'année. Un opus de science-fiction brillant, mis en scène et interprété à la perfection, qui décoiffe et fascine tout à la fois. ****

Parfait pour l'Halloween qui cogne à la porte, Cannibal de Manuel Martin Cuenca est un surprenant drame contemplatif sur un tailleur qui est également adepte de chair humaine. Avec sa terreur suggérée, il s'agit d'une oeuvre froide et chirurgicale qui arrive à repousser les conventions du genre. ***1/2

Sorte de E.T. à la sauce Blair Witch Project, Earth to Echo de Dave Green est un conte familial inspirant et mélancolique, qui rappelle les vertus de l'amitié et de l'unité. ***

Suite d'un long métrage à succès, The Purge: Anarchy de James DeMonarco élargit son sujet à une ville tout entière, où pendant une nuit, des gens peuvent se défouler comme ils le désirent. Un thème en or qui sent ici un peu le réchauffé malgré quelques bonnes idées. **1/2 

Troisième et plus faible épisode du lot, Casse-tête chinois de Cédric Klapisch amène cette fois Romain Duris à New York, à la recherche du bonheur et de l'inspiration. Outre un casting sympathique, la réalisation affiche rapidement ses limites et le ton moralisateur peut exaspérer. **1/2

Mélo très classique sur les secrets familiaux qui volent au grand jour, Pour une femme de Diane Kurys passe à côté de la grande histoire (les effets de la guerre, la montée du communisme, etc.) pour s'intéresser à une romance plus usuelle, sabotant du coup un peu sa distribution exemplaire. **1/2

Reprenant le thème du vampirisme à une sauce de budget fauché, Chimères d'Olivier Beguin regorge d'idées intéressantes, qui ne se manifestent toutefois pas toutes à l'écran. Il y a cette hésitation qui fait défaut, entre spleen salvateur et gore trop cliché. **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire