samedi 16 août 2014

Nouveautés au cinéma : Welcome to New York, Yves Saint Laurent, Le monde nous appartient, La fleur de l’âge, Let’s Be Cops

Il s'agit d'une semaine relativement décevante au niveau des sorties au cinéma, alors qu'aucun titre ne se démarque réellement du lot et que la qualité va du passable à l'oubliable.

Vilipendé à Cannes et partout sur son passage, Welcome to New York d'Abel Ferrara n'est pas tant une recréation de l'affaire DSK qu'une réflexion absurde et fictive sur le pouvoir, la corruption, le sexe et la politique. Dès qu'on accepte de se retrouver devant un objet volontairement grotesque, pathétique et abject (sûrement au second visionnement), on s'amuse beaucoup devant ce cauchemar où Gérard Depardieu passe son temps à grogner comme un porc. Non, il n'y a pas grand-chose qui se rapproche de cette satire hallucinante du déclin de la société où les vices sont rois. ***

Biopic extrêmement conventionnel, Yves Saint Laurent de Jalil Lespert demeure constamment dans l'anecdote. La direction artistique est impressionnante et le duo entre Pierre Niney et Guillaume Gallienne fonctionne parfaitement, mais l'ensemble manque de passion, d'intérêt. Cela ressemble à une publicité déguisé à Pierre Bergé, l'ancien compagnon de YSL, qui a donné son accord à cette version. **1/2

Récit extrêmement ambitieux sur les choix de vie et les relations père/fils, Le monde nous appartient de Stephen Streker passe malheureusement à côté de ses sujets. Les interprètes talentueux ne peuvent rien devant la fadeur des personnages et la mise en scène qui fait dans l’esbroufe, se prenant parfois trop pour Magnolia. **1/2

Vieillir, ce n'est pas évident. Ce n'est pourtant pas une raison pour pondre un long métrage plein de clichés comme La fleur de l'âge de Nick Quinn, dont la réalisation morribonde est sauvée par le jeu cabotin et amusé de Jean-Pierre Marielle et de Pierre Arditi. Mais ce que ça ne vole pas haut! **1/2

Deux amis se prennent pour des policiers dans Let's Be Cops de Luke Greeenfield, une comédie grossière qui ne fait pratiquement jamais sourire. À tel point qu'on se demande si les gens qui riaient aux larmes lors de la projection spéciale étaient payés par le distributeur... **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire