vendredi 1 août 2014

Nouveautés au cinéma : A Most Wanted Man, I Origins, Un loup derrière la porte, Je suis Femen, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?

Les sorties hebdomadaires sont peu nombreuses lorsque la superproduction américaine monopolise les écrans de cinéma (et dire que j'ai manqué Guardians of the Galaxy). Il est pourtant facile de trouver de très bons longs métrages si l'on cherche le moindrement...

Ayant pris l'affiche la semaine dernière, A Most Wanted Man est un autre joyau de la part d'Anton Corbijn (Control, The American), qui utilise le thème de prédilection des romans de John le Carré - le jeu d'échecs - en mettant des carrés partout dans sa mise en scène! Le récit, faussement conventionnel, est captivant dans sa façon de rappeler que la manipulation est à la base de tout et le regretté Philip Seymour Hoffman offre une autre  immense performances. Sardonique, élégant et vraiment à ne pas manquer. ****

Romance qui fait battre le coeur plus rapidement, I Origins de Mike Cahill confronte science et religion au sein d'une histoire un peu kitsch mais poignante d'un homme qui est fasciné par les yeux. La réalisation est soignée, l'interprétation appropriée et la bande-son fait rêver. ***1/2

Drame psychologique déguisé en thriller, Un loup derrière la porte de Fernando Coimbra glace le sang dans son interrogation de témoins qui savent peut-être où se trouvent une enfant disparus. L'étude de personnages est significative et l'effort réserve quelques coups de théâtre impitoyables. ***1/2

Documentaire sur un mouvement féministe qui a fait des petits partout sur son passage, Je suis Femen d'Alain Margot utilise une structure conventionnelle pour présenter son sujet. Cela n'enlève rien au brio de ses héroïnes aux aventures si intéressantes, évocatrices, surprenantes et inquiétantes. ***

Très grand succès en France (le film est rendu à 11,2 millions d'entrées, contrairement à ce que j'écrivais hier), Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? de Philippe de Chauveron utilise tous les clichés possibles et inimaginables dans la présentation d'une famille blanche et conservatrice dont les filles s'entichent de gens issue des minorités. C'est parfois très drôle, mais aussi un peu quelconque. **1/2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire