vendredi 29 juin 2012

Magic Mike, Ted, People Like Us, J’espère que tu vas bien


Cette semaine au niveau des sorties cinéma, l’irrévérencieux petit ours Ted se frotte aux hommes musclés de Magic Mike.

Sorte de Flashdance ou de Rock of Ages où les chansons sont remplacées par des numéros coquins de striptease masculin, Magic Mike porte indéniablement la marque de Steven Soderbergh, autant au niveau de la réalisation (les jeux avec la lumière et le montage) que du scénario (encore une fois, David cherchera à résister à Goliath). Léger et parfait pour l’été, l’ensemble manque volontairement de profondeur, ce qui n’empêche pas le cinéaste de bien cerner cette amitié masculine entre hommes, arrosant le tout de gags bien placés. Comme toujours chez lui, sa direction d’acteurs est irréprochable. Moins bon que Boogie Nights, mais nettement supérieur que 54. ***1/2

Comme la projection se déroulait au même moment que Ted, j’ai dû envoyer ma collaboratrice Karine Projean couvrir le premier long métrage de Seth MacFarlane. Voici son compte-rendu éclair: « On attendait Ted avec impatience. Le créateur de Family Guy, Mark Whalberg, Mila Kunis, un ours en peluche vicieux et politiquement incorrect, le tout ensemble, c’est alléchant! Dommage que la sauce s’étire trop longtemps, malgré quelques gags franchement réussis. On apprécie les blagues qui ont fait de Family Guy un must, mais il y avait peut-être un peu trop de vulgarité à notre goût. Et que dire de l’histoire d’amour? » **1/2

Dans un autre ordre d’idée, People Like Us est un mélo bien attentionné d’Alex Kurtzman qui porte sur des secrets de famille. La réalisation n’est guère nuancée, les choix musicaux sont douteux et la progression prévisible manque parfois de rythme. Malgré tout, on finit par embarquer tant les comédiens sont pétillants. Le duo formé de Chris Pine et d’Elizabeth Banks fait mouche grâce à leurs répliques bien arrosées. ***

J’espère que tu vas bien de David La Haye et Jay Tremblay est un concept intéressant dont les fruits manquent de goût à l’écran. Il s’agit d’un long plan-séquence improvisé entre La Haye et Marie-Chantal Perron qui déambulent dans les rues de Montréal. La fraîcheur du ton finit toutefois par tourner en rond tant l’exercice superficiel ne mène à rien, ce qui est toujours dommage. **1/2

2 commentaires:

  1. Haha! "ma collaboratrice".

    Ok debbord, je vais être team Karine à l'avenir :-O

    RépondreSupprimer
  2. Mais oui, c'est vraiment le meilleur team!

    RépondreSupprimer