mardi 8 juillet 2014

Nouveautés en DVD : Saveurs indiennes, Jodorowsky’s Dune, Will You Still Love Me Tomorrow ?, Les beaux malaises : Saison 1, Nymphomaniac Volume 1 & II, Belle et Sébastien

Pour fuir la pluie et le vent, pourquoi ne pas regarder des films qui viennent tout juste de sorti en dvd et en blu-ray et risquent de mettre de bonne humeur ?

Saveurs indiennes de Ritesh Batra le fait en un clin d'oeil. En plus de donner incroyablement faim, cette très jolie amitié épistolaire entre un homme qui prendra bientôt sa retraite et une mère de famille malheureuse est peuplée de moments doux, drôles et émouvants. Très recommandable! ***1/2 

Documentaire touchant, rigolo et fort intéressant sur un long métrage qui n'a jamais vu le jour, le Jodorowsky's Dune Frank Pavich est un objet de cinéma qui fait rêver. Et si le père d'El Topo avait eu le mandat et pas David Lynch? ***1/2 

Comédie romantique légère mais sincère sur un père qui remet son existence en question, Will You Still Love Me Tomorrow? d'Arvin Chen fait fi de clichés et de stéréotypes pour instaurer des personnages attachants et des situations cocasses. ***

Belle petite surprise que cette première saison des Beaux malaises. Martin Matte arrive presque à se réinventer auprès de sa famille fictive où de sa langue bien pendue, il parle d'amour, de sexe et de maladie. Tout n'est pas parfait, mais au moins les textes osent aller loin dans l'humour qui dérange. ***

Avec ses deux volumes Nymphomaniac qui dressent le portrait d'une femme qui tente de prendre sa place dans un monde d'homme, Lars von Trier parle de cul comme jamais. Dommage que l'exposé, lourd et moralisateur (que de symboles!), s'apparente à la démarche d'un gamin qui cherche seulement à choquer. **1/2
Ma critique complète sera bientôt disponible

Transposition cinématographique d'une série à succès, Belle et Sébastien de Nicolas Vanier met effectivement en scène une amitié entre un garçon et un joli chien sous des paysages enchanteurs. Il n'y a cependant rien à soutirer de ce scénario inapte qui oublie que l'on est en 2014. **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire