lundi 12 septembre 2011

DVD: Le Quattro Volte, Potiche, L'amour fou, The Trip, Thor, Sainte victoire, Sans arme..., Forks Over Knives, 5 doigs de la main, The Bend


Très grosse semaine de sorties de films en format DVD et Blu-ray avec quelques-uns des meilleurs titres de l'année.

C'est le cas de Le Quattro Volte de Michelangelo Frammartino, un chef-d'oeuvre contemplatif et organique sur le sens de la vie. À voir le plus rapidement possible.

Drôle à s'en décrocher la mâchoire, Potiche de François Ozon regroupe une impressionnante brochette de comédiens (Depardieu, Deneuve, Luchini, etc.) dans une comédie charmante, kitch et inoubliable.

Documentaire émouvant sur Yves Saint Laurent, L'amour fou de Pierre Thoretton est un objet exemplaire et riche de sens, à chérir seul ou à plusieurs.

Virée largement improvisée, The Trip de Michael Winterbottom est un bijoux de comédie qui doit beaucoup au duo imparable formé de Steve Coogan et Rob Brydon. Pour les cinéphiles.

Gros film de superhéros plus intelligent que la moyenne, Thor divertit grâce à la mise en scène exemplaire de Kenneth Branagh. Rien n'est à prendre au sérieux et c'est voulu ainsi.

Politique et dilemmes moraux sont les guides conducteurs de La sainte victoire de François Favrat, un drame convaincant et crédible sur deux hommes en quête de pouvoir. La finale moralisatrice laissera peut-être un mauvais souvenir en tête, mais les performances de Clovis Cornillac et de Christian Clavier sont éloquentes.

Drame prenant et bien maîtrisé de Deborah Chow malgré quelques passages plus douteux, The High Cost of Living propose la rencontre entre deux écorcés vifs qui ont plus d'une chose en commun. Une belle petite maîtrise, avec deux comédiens (Isabelle Blais, Zach Braff) au sommet de leur art.

Long métrage gentil, sympathique mais oubliable, Sans arme ni haine ni violence de et avec Jean-Paul Rouve sur les frasques d'un bandit se regarde avec plaisir et s'oublie en un clignement d'oeil. Une façon comme une autre de passer le temps.

Documentaire sur l'obésité, Forks Over Knives de Lee Fulkerson ne raconte rien que le public moyen ne sait pas déjà. Il le fait cependant avec humour et savoir-faire.

Une superbe distribution comprenant Patrick Bruel, Pascal Elbé et Vincent Elbaz n'empêche pas Comme les 5 doigts de la main d'être très moyen. Les invraisemblances sont nombreuses, l'histoire familiale mal développée et la réalisation d'Alexandre Arcady s'apparente davantage à un banal téléfilm.

Cherchant constamment à faire la morale, The Bend de Jennifer Kierans est un exercice assez rudimentaire sur un adolescent qui a peur d'être bipolaire comme son frère. Comme quoi une bonne idée de départ ne fait pas toujours un bon film et ce, même si l'interprétation et la réalisation demeurent convenables.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire